Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Etats-Unis, Iran: "le fossé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Italie, année zéro ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : "oui" à 73% pour la réforme voulue par Nkurunziza

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les francs-maçons interdits de gouvernement en Italie

En savoir plus

LE DÉBAT

Italie : l'alliance qui fait trembler l'Europe

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Microfinance : on ne prête qu’aux pauvres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Yves Duteil : avec "Respect", le poète chanteur signe son grand retour

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le commandant Nicolas Maduro va poursuivre la révolution"

En savoir plus

L’invité du jour

Nadège Beausson-Diagne : "Nous sommes Noires avant d'être nous"

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie-Turquie : Erdogan veut "tuer dans l'œuf" la force frontalière parrainée par Washington

© Adem Altan, AFP | Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'un discours prononcé le 21 décembre, à Ankara.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/01/2018

Le président turc voit d'un très mauvais œil la création à la frontière turco-syrienne de la force que Washington souhaite créer avec l'aide des combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Recep Tayyip Erdogan a menacé, lundi 15 janvier, de "tuer dans l'œuf" la force frontalière que Washington souhaite créer en Syrie avec, dans ses rangs, des combattants kurdes, qu'Ankara considère comme "terroristes".

"L'Amérique a avoué qu'elle était en train de constituer une armée terroriste à notre frontière. Ce qui nous revient, à nous autres, c'est de tuer dans l'œuf cette armée terroriste", a lancé le chef de l’État turc lors d'un discours enflammé à Ankara.

>> À lire : "Syrie : les Kurdes vont constituer une force frontalière avec la coalition internationale"

La coalition emmenée par Washington pour lutter contre le groupe État islamique (EI) avait annoncé dimanche la création de cette "Force de sécurité frontalière", mise sur pied en partenariat avec des combattants kurdes et arabes. L'objectif est "d'empêcher la résurgence de l'EI", selon la coalition, qui soutient militairement en Syrie les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Une force de 30 000 hommes

La force frontalière de 30 000 hommes, qui se constituera "au cours des prochaines années", selon la coalition, sera composée à moitié par des membres des FDS et le reste des effectifs seront de nouvelles recrues.

Les FDS sont dominées par les Unités de protection du peuple kurde (YPG), une milice kurde considérée par la Turquie comme l'extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation kurde qui livre une sanglante guérilla contre Ankara depuis 1984.

Le porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag, a accusé lundi les États-Unis de "jouer avec le feu" en constituant cette force frontalière. Recep Tayyip Erdogan a affirmé que les forces armées turques étaient "prêtes" à lancer une opération "à tout moment" contre les bastions des YPG à Afrine et Minbej, dans le nord de la Syrie.

>> À voir : "Asli Erdogan à France 24 : 'En Turquie, le moindre tweet peut conduire en prison'"

La Turquie a lancé une première offensive dans le nord de la Syrie en août 2016 pour repousser vers le sud les jihadistes de l'EI, mais également pour contrer l'expansion territoriale des milices kurdes. Si la Turquie voit les YPG comme des "terroristes", les États-Unis considèrent cette force comme l'une des plus efficaces pour combattre l'EI au sol dans le nord de la Syrie.

Appuyées par l'aviation de la coalition internationale, les FDS ont ainsi été le fer de lance de la prise l'an dernier de Raqqa, fief de l'EI dans le nord de la Syrie. Cette divergence de vues au sujet des milices kurdes a fortement contribué à tendre les relations entre la Turquie et les États-Unis, pourtant alliés au sein de l'Otan.

Avec AFP

Première publication : 15/01/2018

  • SYRIE

    Syrie : les Kurdes vont constituer une force frontalière avec la coalition internationale

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    Asli Erdogan à France 24 : "En Turquie, le moindre tweet peut conduire en prison"

    En savoir plus

  • MANIFESTATION

    Des milliers de Kurdes demandent justice pour les trois militantes assassinées à Paris en 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)