Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fête de l'Aïd, à la rencontre des musulmans ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Pape François s'engage pour lutter contre la pédophilie

En savoir plus

FOCUS

Vénézuela : à Caracas, certains quartiers vivent dans la nostalgie des années Chavez

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dans les coulisses du Studio Harcourt

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Finance verte : "Ce n'est pas un problème d'argent mais de projets"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne : la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise Grecque : 8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FRANCE

Surpopulation et insalubrité dans les prisons de France : paroles d'un ancien détenu

© Anne-Christine Poujoulat, AFP | Vue partielle d'une cellule qui a été vidée en vue de sa rénovation, le 6 mars 2013 à la prison des Baumettes, à Marseille.

Dernière modification : 22/01/2018

Les prisons françaises sont en crise. Tandis que le mouvement des gardiens continue, les témoignages de prisonniers laissent apparaître un quotidien toujours plus difficile. Paroles d'un ancien détenu qui a passé 30 ans derrière les barreaux.

La colère gronde dans les prisons françaises. Depuis lundi 15 janvier, le personnel pénitentiaire a multiplié les blocages après l’agression, notamment, d'un gardien à Vendin-le-Vieil. La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a répondu mardi aux revendications du personnel sur leurs conditions de travail avec dix propositions. La ministre, qui a lancé en octobre 2017 cinq chantiers pour rénover la justice, a également reçu en début de semaine les premières propositions pour désengorger les prisons.

Car si les conditions de travail des surveillants se sont fortement dégradées, cela va de pair avec les conditions de détention, qui ne font qu’empirer depuis vingt ans. Surpopulation, insalubrité… Éric Sniady, ex-détenu et désormais militant à l’Observatoire international des prisons (OIP), livre à France 24 son analyse, tirée de son expérience.

"Le matelas était taché de sang et d'excréments"

À 54 ans, Éric Sniady a passé trente ans de sa vie en prison, de Fresnes aux Baumettes en passant par la prison de Nice. Lui qui a fréquenté une trentaine d’établissements et vécu 54 transferts, connaît bien l’univers carcéral, dont il dénonce depuis longtemps les dérives : "En prison, j’ai décidé de me battre pour mes droits et mes conditions de vie, je ne voulais pas sortir comme un légume".

Entré en prison en 1978, "du temps des condamnés à mort", il a connu toute l’évolution du système carcéral. "Aujourd’hui, explique-t-il, la prison est le reflet de la société : tout se dégrade." Éric Sniady a plutôt été épargné par le phénomène de surpopulation, qui conduit aujourd'hui certains à s'entasser plusieurs années à quatre dans une cellule de moins de 10m². Mais il garde des souvenirs cuisants de l’insalubrité. Le "luxe" d’avoir la télévision dans sa cellule n’a jamais pu lui faire oublier que "le matelas était taché de sang et d’excréments. Même votre chien, vous ne le feriez pas dormir dessus. À Sequedin [Nord], les cours étaient infestées de rats, à Fresnes, j’ai dormi avec des punaises dans le matelas". La nourriture est à l’avenant, immangeable : "Sur 14 plateaux par semaine, j’en mangeais l’équivalent de deux avec le pain, parfois l’entrée et le dessert quand c’était un yaourt".

L’ex-prisonnier dénonce avec véhémence les dérives de l'enfermement, quand le détenu est "22 heures en cellule enfermé entre quatre murs. Parfois plus de 24 heures quand la promenade d’1 h 30 du matin est reportée l’après-midi du jour suivant." Il remet ainsi en cause la légalité des conditions d'incarcération, quand il n'y a pas assez de douches et qu'elles sont "régulièrement bouchées par des détenus qui [y] défèquent, parce qu’ils ont caché de la drogue dans leurs fesses".

À cause de ce manque d'hygiène, Éric Sniady a attrapé la gale, et après trois mois de démangeaisons sans répit, il en est venu à s’auto-mutiler pour obtenir d'être examiné par un dermatologue à l’extérieur.

Des prisons surpeuplées et délabrées

Le déclin des prisons françaises remonte au début des années 2000, confirme François Bes, coordinateur du pôle enquête à l’OIP section France.

Avant cela, les prisons comptaient encore davantage de cellules vides que de détenus derrière les barreaux. Les mesures de détention provisoire étaient moins appliquées qu’aujourd’hui et les prisons étaient loin de la surpopulation. Mais, selon lui, tout bascule autour de 2000-2001. Les différentes réformes pénales amènent "de plus en plus [de condamnés] en prison et avec l'allongement des peines, la surpopulation carcérale ne cesse d’augmenter".

Ce phénomène de surpopulation touche tout particulièrement les maisons d’arrêt, qui accueillent aussi bien les détentions provisoires que les courtes peines (deux ans maximum). Certaines prisons atteignent alors des taux d’occupation quasiment au double de leur capacité. "La prison de Fresnes souffre d’une surpopulation chronique, en augmentation constante ces dernières années. Au 1er novembre 2017, le taux d’occupation de la prison pour hommes de Fresnes s’élevait à 196 %", indique François Bes.

D'autant que les détenus en sureffectif sont enfermés dans des bâtiments vieillissants, qui ne sont plus adaptés, voire sont devenus dangereux, pour tous ceux qui y vivent ou y travaillent. La plus grande partie du parc date d’avant les années 1950, et "les conditions matérielles datent d’un autre âge", ajoute-t-il. Pour l'observateur de l’OIP, le problème de vétusté est directement lié au fait que "le budget alloué aux prisons n’a jamais été utilisé pour l’entretien des bâtiments mais pratiquement toujours pour renforcer la sécurité". Ce constat rejoint celui d'Éric Sniady et de bien d’autres détenus ou ex-détenus : la surpopulation et les infrastructures vieillissantes concourent à une irréversible dégradation des lieux mais aussi et surtout des conditions de vie des détenus.

Des cellules sous tension prêtes à exploser

Autre conséquence du surpeuplement, la promiscuité. Source de fortes tensions et de montées de violence, elle contribue à expliquer les agressions de personnel comme celles qui ont conduit les syndicats pénitenciaires à se mobiliser. "Quand vous êtes enfermés 22 heures à trois ou quatre dans une cellule de moins de 10 m², tout devient sujet à embrouille et la tension monte vite entre les détenus", explique François Bes. "Et ce sont les surveillants qui sont en première ligne une fois que la porte s’ouvre."

Cette promiscuité a également des effets pervers sur les détenus eux-même. Dans les prisons, raconte Éric Sniady, tout le monde est mélangé, peu importe les faits commis ou l’état de santé mental des détenus. L'ancien prisonnier estime qu'un tiers d'entre eux n’a pas sa place dans les prisons car "vivre avec des personnes qui ont un problème psychologique ou une maladie mentale, c’est effrayant pour qui est normal". D'où le risque d'escalade : nombre de détenus qui sont "entrés en prison avec des courtes peines sont poussés à bout et pêtent les plombs à tout bout de champ", allant "jusqu’à totaliser 30 ans de peines intérieures", c'est-à-dire des condamnations reçues à l'intérieur de la prison, explique Éric Sniady.

Trente-six prisons épinglées pour traitement inhumain

Le témoignage de cet ancien détenu n’est pas isolé. Chaque jour, les équipes du pôle Enquête de l’OIP reçoivent des dizaines de courrier de détenus mais également des appels ou des mails d’anciens prisonniers, de proches ou encore d’avocats pour dénoncer la surpopulation d'un établissement, des locaux inadaptés ou encore une situation sanitaire défectueuse. Entre 2016 et 2017, l’OIP a reçu plus de 5 500 sollicitations par an, en constante augmentation, constate François Bes. Chaque année, cet organisme porte des dizaines de situations devant les tribunaux pour dénoncer la surpopulation, l’insalubrité, la vétusté ou l’accès limité aux soins. À ce jour, 36 établissements pénitentiaires français ont été considérés comme exposant les personnes détenues à des traitements inhumains ou dégradants par la justice française et/ou par la Cour européenne des droits de l'Homme.

OIP : 36 prisons condamnées pour conditions indignes de détention

Dans cet univers carcéral au bord de l'implosion, Éric Sniady dit avoir tenu le coup grâce à son mental, "quatre, cinq mois par an, j’étais en dépression mais je me soignais tout seul car j’ai toujours été fort dans ma tête. Mais j’ai vu des jeunes se suicider".

Première publication : 17/01/2018

  • FRANCE

    Nicole Belloubet tente d'apaiser la colère des gardiens de prison à Vendin-le-Vieil

    En savoir plus

  • FRANCE

    France : les surveillants pénitentiaires appellent à poursuivre le blocage des prisons

    En savoir plus

  • FRANCE

    France : mouvement social des surveillants de prison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)