Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Philip Roth, l'incomparable

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Rwanda : vers un apaisement ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet "Tech For Good" : la "French Tech" a-t-elle le vent en poupe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

FOCUS

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 16/01/2018

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

© Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse française du mardi 16 janvier : la première visite d’Emmanuel Macron à Calais, l’un des symboles de la crise migratoire en Europe, sur fond de bras de fer avec les associations venant en aide aux migrants. La colère des surveillants de prison. Le bye-bye (temporaire ?) de Juppé à LR. Et une histoire de serpent dans les toilettes.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

 

À la une de la presse française, ce matin, la visite première visite d’Emmanuel Macron à Calais, dans le nord de la France, une ville devenue l’un des symboles de la crise migratoire en Europe.

 

C’est là que le chef de l’État a choisi de présenter et de défendre sa politique sur l’asile et l’immigration. Une politique «controversée», d’après L’Opinion, qui évoque «le bras de fer très tendu» qui s’est engagé entre le gouvernement et le monde associatif, mais aussi avec une partie de la majorité. Un dessin de Kak montre ainsi le patron de LREM, Christophe Castaner, interpellant Emmanuel Macron : «Juste pour savoir : on va faire des trucs de gauche à un moment donné?». Castaner est dans ses petits souliers face au président et au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, en tenue de CRS, accusé de monopoliser les dossiers de la sécurité, de l’immigration en général, et de Calais en particulier.

 

À l’occasion de ce déplacement, six militants venant en aide aux migrants de Calais interpellent directement Emmanuel Macron dans L’Humanité. «Monsieur le président, traitez les migrants humainement !», lancent-ils à la une du journal, qui déclare à son tour son soutien à ces militants qui auraient choisi d’«ouvrir leurs bras et leurs cœurs» aux migrants. «Auraient-ils dû faire partie de ces milliers de noyés en Méditerranée ? Devrait-on les laisser mourir de froid dans la neige ? Faudrait-il ajouter à la violence des trafiquants d’une rive, celle des nervis de ce côté-ci?», s’indigne L’Huma, qui assure que «les bons sentiments n’ont rien à faire» dans ce combat. «Quelle France et quelle Europe si l’accueil se résumait au tapis rouge pour les expatriés de la City ou pour les rois de l’ubérisation sauvage, et pour les autres, tous autres (étrangers), une seule méthode : le tri».

L’Humanité fait ici allusion à la «circulaire Collomb» de décembre dernier qui organise le recensement des migrants dans les centres d’hébergement d’urgence. Une mesure qui cristallise la colère des associations, d’après le site de France24, qui cite cette réaction de Médecins du Monde, le 10 décembre dernier, jour de célébration des droits de l’Homme : «Au-delà des postures, Emmanuel Macron, vous organisez le tri entre les sans-abri, vous harcelez les migrants à Calais et ailleurs, vous poursuivez les citoyens solidaires. Vous vous apprêtez à ouvrir des brèches dans le Droit d'asile. Difficile de célébrer ce jour». En signe de protestation, plusieurs ONG ont décidé de boycotter cette visite présidentielle. Libération rapporte qu’elles s’insurgent aussi contre la destruction de biens appartenant aux migrants, lors de leur évacuation. Libé, où le dessin de Willem montre Emmanuel Macron en compagnie de ses homologues européens, jouant dans une fête foraine, participant à un jeu dont le but est de lancer les migrants le plus loin possible, en Libye, en Afrique subsaharienne… et pourquoi pas, jusqu’en Antarctique.

 

À noter également, le blocage de plusieurs établissements pénitentiaires par les surveillants de prison, après l’agression de trois d’entre eux par un détenu radicalisé. Toujours selon Libération, les syndicats entendent dénoncer leurs conditions de travail, qu’ils jugent de plus en plus dégradées. «Prisons : retour de matons», annonce le journal, qui estime que «la principale source du mal, qui dépasse (même) le cas extrême de la surveillance des condamnés pour terrorisme», c’est «la surpopulation carcérale endémique, qui porte atteinte à la dignité de tous », des prisonniers comme des surveillants. Ce problème a d’ailleurs valu à la France d’être condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l’Homme pour «traitement dégradant». «Contrairement à une idée répandue, écrit Libé, la justice française ne se distingue pas par son laxisme. Le nombre des détenus a doublé en trente ans, le code pénal s’accroît chaque année de nouvelles incriminations, les comparutions immédiates suivies de peine d’incarcération se multiplient».

Un mot, à présent, de la décision d’Alain Juppé de se mettre en retrait du parti les Républicains. Le maire de Bordeaux a évoqué hier «une vraie divergence de fond» avec le nouveau patron de LR, Laurent Wauquiez, pour justifier sa décision. Le Figaro précise que l’ancien candidat à la primaire a regretté que «la composante centriste se soit détachée des républicains». Une déclaration que l’entourage de Laurent Wauquiez aurait tenté de minimiser, en affirmant que cette décision n’était «pas une surprise».

 

Tout autre chose, pour terminer. Le Dauphiné Libéré rapporte qu’un habitant de Grenoble a eu la peur de sa vie, le week-end dernier, en pénétrant dans les toilettes de son appartement. Dans la cuvette se trouvait en effet... un python d’environ 1,5 mètre. «Heureusement que je ne suis pas cardiaque. Et puis j’aurais très bien pu me faire mordre à un endroit sensible, si vous voyez ce que je veux dire», a-t-il témoigné. Les sapeurs-pompiers d’une unité spécialisée dans les nouveaux animaux de compagnie, les «NAC» comme on les appelle, sont finalement venus chercher la bestiole, qui a ensuite été transférée dans une clinique vétérinaire, où elle est hélas décédée, l’animal ayant probablement ingurgité des produits détartrants qui lui ont été fatals. Sa propriétaire pourrait être une occupante de l’immeuble, qui avait constaté quelques semaines auparavant que son python avait pris la fuite.

 

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/05/2018 revue de presse

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

Dans la presse ce mercredi 23 mai : la mort de l’écrivain américain Philip Roth, la condamnation de l’archevêque australien Philip Wilson accusé d’avoir couvert des faits de...

En savoir plus

23/05/2018 revue de presse

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

À la une de la presse ce mercredi 23 mai : l’audition du patron de Facebook par le Parlement européen et son rendez-vous aujourd’hui à Paris avec Emmanuel Macron, la politique...

En savoir plus

22/05/2018 revue de presse

Entre les États-Unis et l'Iran, "le fossé"

Dans la presse ce mardi 22 mai : la rencontre aujourd’hui des présidents américain et sud-coréen, le fossé grandissant entre les États-Unis et l’Iran, ainsi qu'un un livret édité...

En savoir plus

22/05/2018 revue de presse

"Italie, année zéro ?"

À la une de la presse ce mardi 22 mai : la désignation de Giuseppe Conte par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles comme chef du nouveau gouvernement italien, la mobilisation des...

En savoir plus

21/05/2018 revue de presse

"Le commandant Nicolas Maduro va poursuivre la révolution"

Dans la presse ce lundi 21 mai : les réactions à la réélection de Nicolas Maduro au Venezuela, un rapport du parlement britannique demandant plus de fermeté à l’égard des...

En savoir plus