Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Carré écrivaine se dévoile dans "Les Rêveurs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Viols, agressions, harcèlement : les témoignages qui accablent l'Unef"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le dialogue de la dernière chance

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

Brexit: Facebook accepte d'élargir son enquête sur une ingérence russe

© AFP/Archives | Brexit: Facebook accepte d'élargir son enquête sur une ingérence russe

LONDRES (AFP) - 

Facebook a accepté d'élargir son enquête sur une possible ingérence russe dans le référendum sur le Brexit, a annoncé mercredi le président d'une commission parlementaire britannique, que les réponses initialement fournies par le géant américain n'avaient guère convaincu.

La commission du numérique, de la culture, des médias et du sport (DCMS) de la chambre des Communes réclame à Facebook et Twitter de lui fournir des éléments sur d'éventuelles "ingérences" russes à la suite notamment des révélations sur l'Internet Research Agency.

Cette société de Saint-Pétersbourg, liée au renseignement russe, est accusée d'avoir publié des milliers de messages pour influencer l'élection présidentielle américaine de 2016.

Fin 2017, Facebook avait affirmé n'avoir trouvé que trois publicités financées par cette société et ayant touché une audience britannique, pour une valeur modique.

Assurant avoir enquêté "très sérieusement", Facebook avait ajouté que ces messages avaient trait à l'immigration mais pas au référendum sur l'UE.

Cette réponse avait été jugée très insuffisante par le président de la commission, Damian Collins, qui avait sommé Facebook de faire preuve d'une tout autre diligence, faute de quoi il s'exposerait à des sanctions.

Dans une lettre adressée au parlementaire, et publiée mercredi par ce dernier, un responsable de Facebook Royaume-Uni, Simon Milner, affirme que les équipes de sécurité du réseau social cherchent désormais à identifier d'éventuels réseaux de comptes qui auraient pu avoir été "engagés dans une activité coordonnée" pendant le référendum sur le Brexit.

Leurs travaux, ajoute Simon Milner, prendront "plusieurs semaines".

M. Collins s'est "félicité" sur Twitter de la réponse de Facebook, et a dit attendre avec "impatience" les résultats de l'enquête.

© 2018 AFP