Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

EUROPE

Les députés britanniques adoptent le projet de loi sur la mise en œuvre du Brexit

© Daniel Leal-Olivas, AFP | Des militants pro-européens manifestant devant le Parlement britannique, le 21 décembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/01/2018

Les députés britanniques ont adopté le projet de loi gouvernemental sur le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE). Le texte doit maintenant être examiné par les Lords, réputés pro-européens.

Les députés britanniques ont adopté, mercredi 17 janvier, un projet de loi gouvernemental crucial dans la mise en œuvre du Brexit. Le texte doit être examiné par les Lords à partir de fin janvier.

Adopté par 324 voix contre 295, le projet de loi doit permettre au Royaume-Uni de continuer à fonctionner normalement après son retrait de l'Union européenne, le 29 mars 2019. Concrètement, ce texte doit mettre fin à la suprématie du droit européen sur le droit national britannique et intégrer dans le droit britannique les lois communautaires.

>> À voir : notre série de reportages sur l'effet Brexit sur les citoyens britanniques

L'adoption de ce texte, qui a fait l'objet de centaines d'amendements, constitue une victoire pour le gouvernement, pourtant régulièrement chahuté durant les débats.

Des Lords très europhiles

Mais l'examen du texte se poursuivra à partir de la fin janvier devant la chambre des Lords, majoritairement pro-UE, où il pourrait connaître un nouveau lot d'obstacles et de surprises. À l'image des âpres débats qui ont animé la chambre des Communes, illustrant les divisions persistantes, y compris au sein de la majorité conservatrice, sur les orientations à donner au Brexit.

En décembre, la Première ministre conservatrice Theresa May avait subi une défaite cuisante lorsque 11 de ses députés, emmenés par Dominic Grieve, avaient voté avec l'opposition travailliste pour que le Parlement obtienne un vote final sur les termes du divorce d'avec l'UE.

Afin d'éviter un nouvel affront, la dirigeante avait dû ensuite accepter un amendement de trois députés conservateurs autorisant un éventuel report de la date du Brexit, au cas où les discussions avec les 27 membres de l'UE devaient se poursuivre au-delà de mars 2019.

Avec AFP
 

Première publication : 17/01/2018

  • ICI L'EUROPE

    Les défis qui attendent l'UE en 2018

    En savoir plus

  • FOCUS

    Brexit : de nombreux juifs britanniques attirés par le passeport allemand

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)