Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 17/01/2018

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

© Capture d'écran France 24

Dans une interview exclusive accordée à France 24 et RFI, le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, s’exprime pour la première fois sur la récente tentative présumée de coup d’État contre lui. Il revient également sur la condamnation par la justice française de son fils, Teodorin Obiang, dans l’affaire dite des "biens mal acquis".

Fin décembre, le gouvernement de la Guinée équatoriale a révélé avoir déjoué un "coup d'État" sur la partie continentale du pays, après qu'une trentaine d'hommes armés ont été interpellés au Cameroun. Selon Teodoro Obiang Nguema, qui dirige le pays depuis 1979, ces "terroristes" ont été recrutés au Tchad, en Centrafrique et au Soudan. Il accuse des "personnalités" basées en France d'avoir financé ce coup et demande à Paris de collaborer à l’enquête pour désigner des coupables.

Le chef d'État exige en outre des clarifications du gouvernement tchadien, refusant d’exclure la possibilité que le président du Tchad, Idriss Deby, ait été au courant.

"Biens mal acquis"

Par ailleurs, Teodoro Obiang Nguema critique le jugement rendu contre son fils par la justice française dans le cadre de l'affaire dite des "biens mal acquis". Selon lui, il s'agit d'une violation du droit international et dénote d’une justice impérialiste. Il insiste toutefois sur les "bonnes" relations entre la Guinée équatoriale et la France et révèle avoir échangé des messages avec le président Macron.

Il s’exprime sur les violations des droits de l’Homme, promettant une enquête sur la mort de l'opposant Santiago Ebee Ela, arrêté le 2 janvier et décédé peu après dans un commissariat de police. Tandis que l'opposition estime qu'il est mort de torture, Teodoro Obiang Nguema se défend de tout mauvais traitement, indiquant que le militant, âgé de 41 ans, était "malade".

Enfin, il qualifie de "racistes" les récentes déclarations de Donald Trump sur les "pays de merde".

Par Marc PERELMAN , Christophe BOISBOUVIER

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/07/2018 Afrique

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

À 46 ans, il est certainement, depuis une vingtaine d'années, l'un des principaux acteurs de la vie politique tourmentée de la Côte d'Ivoire. Tour à tour chef des rebelles des...

En savoir plus

19/07/2018 Marc PERELMAN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste du Nicaragua"

Le Nicaragua fait face à l'une des plus graves crises depuis la révolution de 1979 dont le pays commémore le 39e anniversaire. Dans un entretien accordé à France 24, Bianca...

En savoir plus

18/07/2018 James ANDRE

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

À l'occasion de la publication mercredi du rapport annuel de l'Onusida, le directeur de l'agence, Michel Sidibé, revient pour France 24 sur le recul de l'épidémie de VIH, les...

En savoir plus

12/07/2018 EUROPE

Porochenko : "La position officielle des États-Unis est que la Crimée est ukrainienne"

Dans un entretien réalisé par France 24 lors du sommet de l'Otan, le président ukrainien se déclare certain qu'il n'y aura pas de négociations sur la Crimée entre les présidents...

En savoir plus

09/07/2018 Marc PERELMAN

Président du CICR : "Les accords de rapatriement des Rohingya sont illusoires"

Président du Comité international de la Croix-Rouge, Peter Maurer s’est exprimé depuis Genève pour France 24 sur la situation des Rohingya. De retour de Birmanie et du...

En savoir plus