Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Aurélie Filippetti rejoint le mouvement de Benoît Hamon

© AFP/Archives | Les anciens ministres socialistes Aurélie Filippetti et Benoît Hamon (2e rang), à l'Assemblée nationale, le 1er avril 2015

PARIS (AFP) - 

L'ancienne ministre socialiste Aurélie Filippetti a décidé d'adhérer au mouvement Génération.s de Benoît Hamon, dont elle a été l'une des porte-parole durant la campagne présidentielle, a-t-elle annoncé jeudi à l'AFP, confirmant une information du Figaro.

L'ex-députée de Moselle ne souhaite s'épancher davantage sur ce qui est "le début d'un processus", a-t-elle expliqué, précisant que "c'est quelque chose de normal, de naturel".

Du côté de Génération.s, on se dit "ravi". "Aurélie Filippetti est quelqu'un qui nous apportera beaucoup, et pas uniquement dans le domaine culturel", a déclaré le député européen Guillaume Balas. Quant à la possibilité que l'ancienne ministre de la Culture occupe des fonctions au sein du mouvement, "on est encore en discussion avec elle", a-t-il affirmé. "Le fait qu'elle soit présente est déjà une force en soi", a renchéri M. Balas.

Mme Filippetti avait été exclue pour 18 mois par le Parti Socialiste en octobre pour avoir soutenu un candidat dissident lors des élections sénatoriales. "Je préfère désormais tourner complètement cette page et quitter définitivement le parti socialiste", avait-elle déclaré en décembre au micro de France Bleu Lorraine-Nord.

L'ancienne membre du gouvernement a toutefois affiché lundi sur sa page Facebook son soutien à Delphine Batho, candidate à la tête du Parti Socialiste.

"J'ai dit ma sympathie pour la démarche de Delphine Batho, je trouve qu'elle est courageuse", a-t-elle précisé à l'AFP. "Je voulais simplement rappeler que Delphine était quelqu'un qui avait un parcours qui lui donne toute légitimité" pour briguer la tête du parti, a-t-elle poursuivi.

© 2018 AFP