Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radicalisation : un nouveau plan pour sortir de l'impasse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : de l'inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat sur les armes aux États-Unis : une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat sur les armes aux États-Unis : une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Un hiver dans un vignoble bourguignon

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Agriculture productiviste : "Des modèles alternatifs existent !"

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : Afrin sous le feu de l'armée turque

© Omar Haj Kadour, AFP | L'armée turque vise principalement les positions kurdes dans le secteur d'Afrin.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2018

La Turquie a lancé samedi une opération militaire terrestre et aérienne dans l'enclave kurde d'Afrin, dans le nord de la Syrie. Une offensive qui inquiète les États-Unis, alliés des Kurdes, tandis que la Russie appelle à la "retenue".

La Turquie est passée à la vitesse supérieure dans son offensive contre Afrin, en Syrie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé samedi 20 janvier avoir lancé "de facto" une opération militaire terrestre dans cette région syrienne.

La zone d'Afrin, tenue par une milice kurde dans le nord de la Syrie, est déjà la cible des forces turques, qui la bombardent depuis la nuit de jeudi à vendredi. Ces attaques aériennes ont fait dix morts samedi soir, civils en majorité, selon le porte parole des Unités de protection du peuple (YPG), une faction kurde sur place.

Les positions kurdes au coeur de l'attaque

"L'opération Afrin a commencé de facto sur le terrain", a ainsi déclaré le président Erdogan samedi matin. "Ensuite, ce sera Manbij", a-t-il ajouté, en référence à une autre ville syrienne sous contrôle kurde située plus à l'Est.

L'éclairage de notre correspondante, Fatma Kizilboga

"Nous avons informé toutes les parties de ce que nous faisons. Nous informons même le régime syrien par écrit", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu. "La Syrie nie complètement les allégations du régime turc selon lesquelles il l'a informée de cette opération militaire", a rétorqué le ministère syrien des Affaires étrangères dans la soirée.

Sur le terrain, un porte-parole kurde de l'YPG n'a rapporté aucun affrontement entre sa faction et les forces turques, seulement des "accrochages", mais les bombardements aériens ont déjà fait des blessés selon lui. D'autres responsables et officiels kurdes ont confirmé, indiquant que les frappes avaient touché des zones résidentielles. Selon l'un d'eux, les habitants d'Afrin ont été forcés de se terrer chez eux et dans des abris.

La Russie s'inquiète

Ankara considère que la présence de forces kurdes dans cette zone proche de sa frontière est une menace pour sa sécurité. Surtout depuis que la coalition sous commandement américain a annoncé, dimanche 14 janvier, travailler avec ses alliés des Forces démocratiques syriennes (FDS) à la formation d'une nouvelle force frontalière de 30 000 hommes.

>> À lire : "En Syrie, les Kurdes vont constituer une force frontalière avec la coalition internationale"

La Russie, alliée d'Erdogan, s'est dite "préoccupée" par cette annonce et a appelé à la "retenue". Le ministère des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a tenu à rappeler que "la Russie restera fidèle à sa position concernant la recherche des issues [au conflit] en Syrie, qui se base sur le maintien de l'intégrité territoriale et le respect de la souveraineté de ce pays."

Pour "empêcher d'éventuelles provocations" et "exclure toute menace contre la vie et la santé des militaires russes", le ministère a ordonné le retrait des troupes russes de la zone d'Afrin.

Le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov s'est par ailleurs entretenu avec son homologue américain Rex Tillerson pour discuter des "mesures visant à assurer la stabilité dans le nord du pays". De son côté, le Royaume-Uni a déclaré comprendre "l'intérêt légitime" du régime turc à vouloir sécuriser ses frontières.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 20/01/2018

  • SYRIE - TURQUIE

    La Turquie entend s'appuyer sur des rebelles syriens pour combattre les milices kurdes à Afrin

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : les Kurdes vont constituer une force frontalière avec la coalition internationale

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    Asli Erdogan à France 24 : "En Turquie, le moindre tweet peut conduire en prison"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)