Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

MODE

Anti_Fashion, mais pas anti-mode !

En savoir plus

EUROPE

En Europe, des "marches des femmes" pour leurs droits et contre Trump

© Jacques Demarthon, AFP | Une centaine de personnes se sont rassemblées à proximité du Trocadera, à Paris, pour revendiquer l'égalité entre les hommes et les femmes.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/01/2018

Des centaines de personnes se sont rassemblées dans plusieurs capitales européennes dimanche lors de "marches pour les femmes" afin de revendiquer l'égalité des sexes et marquer leur opposition au président américain Donald Trump.

Elles étaient des centaines malgré le mauvais temps. À Londres, à Berlin, à Paris… "Des marches pour les femmes" ont eu lieu dimanche 21 janvier. Elles ont manifesté pour l'égalité hommes-femmes mais aussi contre le président américain Donald Trump, qui a pris ses fonctions il y a un an.

"Ça suffit !"

À Londres, des centaines de personnes se sont rassemblées en face de Downing Street en fin de matinée pour exprimer leur ras-le-bol face au harcèlement sexuel, aux violences et aux discriminations subies par les femmes.

"Je suis venue ici aujourd'hui pour dire : ça suffit la violence envers les femmes et les filles dans le monde", a déclaré à l'AFP Kiyleigh, 29 ans, qui participait à cette "Marche des femmes" londonienne. "Je travaille avec des femmes victimes de violences domestiques, de violences sexuelles commises par des hommes et je ne veux plus voir ça", a poursuivi la jeune femme.

"Ça suffit, ça suffit", a scandé la foule venue en nombre malgré la pluie et le froid devant la rue où habite la Première ministre, Theresa May.

"Non, ça veut dire non. Le harcèlement sexuel n'est pas acceptable", a dit à l'AFP Liberty Folker, 27 ans. Tenant en laisse son chien Gwen, elle brandissait une pancarte proclamant "Même ce chien sait ce que 'non' signifie".

Les élections américaines de mi-mandat en ligne de mire

À Berlin, les militants et militantes s'étaient donnés rendez-vous à la porte de Brandebourg, à proximité de l'ambassade des Etats-unis. Par une température glaciale, les manifestants, dont des expatriés américains et des Allemands, certains venus en famille, ont défilé dans le quartier du gouvernement, arborant des panneaux en anglais incitant à "résister" et à "se lever, s'unir et se battre".

Les organisateurs et les organisatrices ont appelé les Américains vivant à l'étranger à s'inscrire pour pouvoir voter par correspondance lors des élections de mi-mandat en novembre.

À Paris, une centaine de personnes s'étaient rassemblées sous la pluie place du Trocadéro. Emmitouflées dans leurs manteaux, des manifestantes tenaient une banderole proclamant "Encore féministes !". A leurs côtés, des militants s'étaient mobilisés contre le locataire de la Maison blanche, avec des pancartes appelant à le destituer.

La veille, aux États-Unis, des centaines de milliers de personnes, dont les actrices Whoopi Goldberg à New York et Natalie Portman à Los Angeles, avaient participé à des "Marches des femmes" anti-Trump, commémorant, un an après, le rassemblement immense qui avait défié Donald Trump au lendemain de son investiture.

Avec AFP

Première publication : 21/01/2018

  • FRANCE

    "Liberté d'importuner" : Catherine Deneuve s'excuse auprès des victimes de viol

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Liberté d’importuner" : une tribune dénoncée, moquée… ou défendue

    En savoir plus

  • FRANCE

    #MeToo : la féministe Caroline De Haas réagit après la tribune sur "la liberté d'importuner"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)