Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

EUROPE

Grèce : manifestation nationaliste sur le nom de la Macédoine

© Environ 50 000 personnes se sont rassemblées devant la statue d'Alexandre le Grand à Thessalonique, capitale de la Macédoine grecque.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/01/2018

Environ 50 000 opposants au maintien du mot Macédoine dans le nom de l'ancienne république yougoslave ont défilé dimanche à Thessalonique, capitale de la Macédoine grecque, alors qu'Athènes et Skopje tentent de trouver une issue à ce vieux conflit.

C'est un sujet qui empoisonne les relations entre Athènes et Skopje depuis 26 ans : l'utilisation du nom Macédoine pour désigner l'ancienne république yougoslave. Alors que le Premier ministre grec Alexis Tsipras essaie de résoudre cette querelle diplomatique, 50 000 manifestants ont défilé, dimanche 21 janvier, à Thessalonique, capitale de la Macédoine grecque, afin de s'opposer à toute utilisation de ce nom dans la future appellation du pays.

Une nébuleuse de groupes nationalistes, dont beaucoup d'extrême droite, comme le parti néonazi Aube dorée, certains prêtres ou encore des délégations de la diaspora ont appelé à ce rassemblement.

À midi, il y a sur place "environ 50 000" personnes, a indiqué un porte-parole de la police à l'AFP, indiquant qu'il s'agissait d'une "première estimation".

Un nombre qui dépasse les estimations des médias grecs, loin toutefois du million atteint en 1992 (10 % de la population) , un an après l'indépendance de l'ancienne république yougoslave, quand cette crise diplomatique avait commencé.

Le rassemblement, dont certains membres vêtus de costumes traditionnels ou antiques, s'étendait sur une large portion du front de mer, autour de la statue d'Alexandre le Grand, le plus fameux roi de Macédoine antique (356-323 avant JC), fierté nationale grecque également revendiquée dans le pays voisin.

"La mobilisation du peuple a dépassé toutes les attentes", estimait auprès de l'AFP dès samedi Irini Leonardou, membre du comité organisateur du rassemblement. "Nous exigeons que le terme 'Macédoine' ne figure pas dans le nom sur lequel ils se mettront d'accord; et ce n'est pas négociable", a rappelé cette écrivaine de 59 ans.

L'héritage d'Alexandre le Grand au centre de la dispute

La Macédoine est déjà reconnue sous ce nom par des pays comme les États-Unis, la Chine, la Russie, ou le Royaume-Uni. Mais, outre la Grèce, pas par la plupart des pays européens, notamment la France et l'Allemagne, où elle est officiellement désignée comme "ARYM" (Ancienne république yougoslave de Macédoine). Surtout, la Grèce a mis son veto à l'entrée de son petit voisin du nord dans l'Otan et l'UE tant qu'il persistera à vouloir s'appeler simplement "Macédoine".

Les Grecs craignent qu'en revendiquant cette appellation et l'histoire des grands rois Alexandre le Grand et son père Philippe - qui vivaient sur le territoire de l'actuelle province grecque de Macédoine -, Skopje n'ait aussi des visées territoriales sur le nord de la Grèce.

L'éclairage de notre correspondante Alexia Kefalas

Les Premiers ministres macédonien, Zoran Zaev, et grec, Alexis Tsipras, semblent décidés à avancer et se verront la semaine prochaine au Forum de Davos. Cette semaine, leurs émissaires ont rencontré à New York Matthew Nimetz, médiateur de l'ONU sur cette question, qui s'est déclaré "très optimiste sur le fait que le processus va dans une direction positive".

"S'il y a l'opportunité d'une solution, ce serait une erreur nationale que de ne pas en profiter", a affirmé dimanche Alexis Tsipras dans le journal Ethnos, tout en "comprenant les inquiétudes et sensibilités" des Grecs.

Le maintien du nom Macédoine : la pierre d'achoppement du règlement

Selon les médias macédoniens, Matthew Nimetz a mis sur la table cette semaine cinq propositions de noms, contenant toutes le mot Macédoine, comme "Macédoine du Nord" ou "Nouvelle Macédoine".

Athènes est d'accord en principe sur une telle solution. Encore faudra-t-il voir jusqu'où elle exigerait que ce nom prévale. Les Macédoniens devraient-il par exemple se mettre à parler officiellement "le nord-macédonien?". C'est sur ce genre de questions que les discussions pourraient achopper.

En Grèce, l'allié d'Alexis Tsipras et de son parti de gauche Syriza, le ministre de la Défense Panos Kammenos, et ses huit députés du parti nationaliste des Grecs indépendants (ANEL), sont opposés à tout nom comprenant le mot Macédoine. Mais Panos Kammenos, "un homme honnête et un patriote", ne mènera pas de guerre de tranchées contre un tel compromis, a espéré le Premier ministre.

Selon un sondage Alco pour la radio grecque 24/7, 63 % des personnes interrogées estiment actuellement "qu'il est dans l'intérêt de la Grèce de rechercher une solution mutuellement acceptable".

Avec AFP

Première publication : 21/01/2018

  • GRÈCE - TURQUIE

    Grèce - Turquie : la visite d'Erdogan à Athènes peut-elle réconcilier les deux voisins ?

    En savoir plus

  • GRÈCE

    La dette grecque, poule aux euros d’or de la Banque centrale européenne

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Depuis Athènes, Macron lance un appel pour "refonder l’Europe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)