Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radicalisation : un nouveau plan pour sortir de l'impasse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : de l'inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat sur les armes aux États-Unis : une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat sur les armes aux États-Unis : une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Un hiver dans un vignoble bourguignon

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Agriculture productiviste : "Des modèles alternatifs existent !"

En savoir plus

PS: Le Foll appelle à un Congrès de la "clarté"

© AFP/Archives | Le député PS Stéphane Le Foll, le 30 septembre 2017 à Paris

PARIS (AFP) - 

L'ancien porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a appelé lundi le PS à un Congrès de la "clarté", mettant en garde contre une "synthèse" qui mettrait sous le boisseau les divisions du parti.

"Si la question consiste à dire, je refais une alliance, parce qu'il faut se rassembler, sans essayer à un moment quand même de redonner de la clarté, une solidité idéologique et politique à un parti socialiste, qu'est-ce qui va se passer ? (...) La même chose que ce qu'on a connu (avec les divisions entre majorité et frondeurs, NDLR)", a déclaré M. Le Foll, invité de l'émission L'Epreuve de vérité de Public Sénat en partenariat avec Radio Classique, Les Echos et l'AFP.

"Cette idée qu'il suffit de rassembler et puis après on verra", c'est "l'ancienne méthode", a dit M. Le Foll.

"Ceux qui ont contesté la synthèse hollandaise sont maintenant les premiers à la revendiquer. J'ai même vu certains dire qu'il fallait une synthèse nouvelle !", a ironisé M. Le Foll, visant le député européen Emmanuel Maurel, représentant de l'aile gauche du parti.

L'ancien ministre de l'Agriculture a aussi donné un coup de griffe à Olivier Faure, qui a reçu le soutien la semaine dernière de Martine Aubry, de l'ancien député vallsiste Philippe Doucet et du collectif des fédérations emmené par Sébastien Vincini.

"Je connais Olivier Faure, et (...) j'attends d'ailleurs de voir ce que va être le rassemblement qui va de (..) Martine Aubry (...) en passant peut-être par Valérie Rabault, jusqu'à Philippe Doucet qui était un proche de Manuel Valls. Je me dis simplement que si on repart comme ça (...) on risque de se retrouver après le congrès avec des sujets qui n'auront pas été traités, et qui ne seront traités qu'après, dans des moments où au contraire on aura besoin d'être rassemblés".

"Profitons de ce congrès pour essayer de clarifier les choses et c'est les militants qui doivent choisir", a-t-il dit.

© 2018 AFP