Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : l'offensive turque contre les Kurdes se poursuit, Washington appelle à la retenue

© Nazeer al-Khatib, AFP | Les forces armées turques, dimanche 21 janvier 2018, près du village syrien de Yazi Bagh, à proximité de la frontière entre la Turquie et la Syrie.

Vidéo par Fatma KIZILBOGA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/01/2018

Alors que Washington a appelé Ankara à "faire preuve de retenue", l'intervention armée turque se poursuit dans le nord de la Syrie contrôlé par les Unités de protection du peuple (YPG), milice kurde qui a combattu le groupe État islamique.

Des chars et de l'infanterie turcs ont pénétré, dimanche 21 janvier, dans le nord de la Syrie pour en déloger une milice kurde, tandis que des roquettes se sont abattues sur des villes turques frontalières et que Washington appelait Ankara à la retenue.

Cité par les médias turcs, le Premier ministre, Binali Yildirim, a indiqué que des militaires turcs étaient entrés à 11 h 05 (8 h 05 GMT) dans la région d'Afrin, contrôlée par les Unités de protection du peuple (YPG), et pilonnée par l'aviation et l'artillerie d'Ankara.

L'offensive turque risque de tendre davantage les rapports entre Ankara et Washington, qui a appelé dimanche la Turquie à "faire preuve de retenue". Les États-Unis soutiennent en effet une coalition arabo-kurde, dont font partie les YPG, pour combattre l’organisation État islamique (EI) dans la région.

© France 24

Le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, a affirmé dimanche qu'Ankara avait prévenu Washington avant de lancer son offensive et estimé que les préoccupations sécuritaires de la Turquie étaient "légitimes".

Exhortant Ankara à mettre fin à son offensive, la France a demandé et obtenu une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU prévue lundi, à huis clos.

>> Reportage à voir : Dans les villages turcs visés par les roquettes kurdes des YPG

Au deuxième jour de cette offensive, baptisée "Rameau d'olivier", l'armée turque, appuyée par 32 chasseurs-bombardiers, a affirmé avoir détruit "45 cibles", dont des abris et des caches d'armes.

De nombreux civils tués selon l’OSDH

Selon Binali Yildirim, l'opération a pour but de créer une "zone de sécurité" d'une profondeur de 30 km à partir de la frontière. Les médias officiels turcs ont indiqué dimanche que les forces d'Ankara avaient pénétré de cinq kilomètres en Syrie.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 18 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans les bombardements turcs depuis samedi. Ankara affirme n'avoir touché que des "terroristes" et accuse les YPG de "propagande". Dimanche, l'OSDH a fait état de la mort d'au moins 11 civils, dont cinq enfants dans des frappes de l'aviation turque.

"La question kurde fait partie des obsessions d'Erdogan"

De son côté, Ankara a accusé les YPG d'être à l'origine de tirs de roquettes contre deux villes frontalières turques. Six roquettes ont frappé dimanche la ville de Reyhanli, faisant un mort – un réfugié syrien – et 32 blessés, selon son maire. Plusieurs roquettes sont tombées également à Kilis, sans faire de victimes.

À la faveur du conflit syrien qui a fait plus de 320 000 morts depuis 2011, les Kurdes syriens, longtemps marginalisés, ont installé en 2012 une administration autonome à Afrine, un territoire isolé des autres zones contrôlées par les YPG plus à l'est.

L'offensive turque survient dans la foulée de l'annonce par la coalition internationale anti-jihadistes emmenée par Washington, de la création d'une "force frontalière" composée notamment de guerriers kurdes, un projet qui a suscité la colère d'Ankara.

Avec AFP

Première publication : 22/01/2018

  • SYRIE - TURQUIE

    Syrie : l'armée turque affirme être entrée dans Afrin

    En savoir plus

  • SYRIE - TURQUIE

    Syrie : Afrin sous le feu de l'armée turque

    En savoir plus

  • SYRIE - TURQUIE

    La Turquie entend s'appuyer sur des rebelles syriens pour combattre les milices kurdes à Afrin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)