Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : Le dialogue de la dernière chance

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pete Souza, ancien photographe à la Maison Blanche : "Obama a beaucoup d'humour"

En savoir plus

Economie

Croissance mondiale : le FMI vante les réformes fiscales de Trump

© Brendan Smialowski, AFP | Le FMI prévoit un nouveau rebond de la croissance mondiale grâce notamment à l'impact à court terme de la réforme fiscale de Trump.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/01/2018

Le FMI prévoit un rebond de la croissance économique mondiale cette année, et en 2019, grâce notamment... à la réforme fiscale de Donald Trump. Mais l'institution prévient que ces mesures ne seront bénéfiques qu'à court terme.

Donald Trump peut bomber le torse. En effet, le Fonds monétaire international (FMI) s'est une nouvelle fois montré optimiste sur la croissance économique mondiale, intégrant cette fois l'impact à court terme de la réforme fiscale américaine et le rythme de croissance plus soutenu des économies avancées.

En effet, après une hausse de 3,7 % en 2017, le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait progresser de 3,9 % en 2018 comme en 2019. Pour les États-Unis, où l'administration Trump a adopté juste avant Noël une vaste réforme des impôts, le FMI table sur une croissance de 2,5 % cette année, soit une hausse de 0,6 point de pourcentage comparé à ses prévisions d'automne, et de 2,7 % l'an prochain (+0,4 %).

"La révision reflète le rythme de croissance mondiale plus rapide et l'impact attendu des changements de politique fiscale aux États-Unis", a résumé le FMI dans un rapport de conjoncture mondiale.

"Quelque 120 économies, comptant pour les trois quarts du PIB mondial, ont enregistré une hausse de croissance en 2017, soit le rebond le plus largement répandu dans le monde depuis 2010", explique l'institution de Washington, qui a publié ses prévisions actualisées le jour de l'ouverture du Forum économique de Davos en Suisse.

S'agissant des États-Unis, le FMI estime que la baisse de l'imposition sur les entreprises devrait tirer les investissements, ce qui pourrait se traduire par 1,2 point de pourcentage de croissance supplémentaire jusqu'à fin 2020, tout en stimulant la croissance de ses partenaires commerciaux, à l'instar du Mexique.

Le FMI table aussi sur une croissance en zone euro plus rapide que prévu avec une amélioration attendue dans tous les pays, exception faite de l'Espagne, dont l'économie pâtit du mouvement indépendantiste en Catalogne. L'institution a par ailleurs laissé inchangée sa prévision de croissance 2018 et abaissé celle de 2019 pour le Royaume-Uni, qui a lancé le processus de sortie de l'Union européenne (à 1,5 % pour les deux années).

Des nuages à moyen terme

Optimiste à court terme, le FMI a toutefois mis en garde - comme en octobre - sur un possible retournement de la conjoncture économique mondiale à moyen terme. "Ce sont des bonnes nouvelles. Mais les dirigeants politiques et les décisionnaires devraient rester conscients du fait que l'élan de croissance actuel est lié à la convergence de facteurs qui ne devraient pas durer", a commenté Maurice Obstfeld, le chef économiste du FMI.

"La crise financière mondiale peut sembler bien derrière nous, mais sans des mesures rapides pour s'attaquer aux obstacles structurels à la croissance, pour permettre une croissance partagée plus équitablement et pour ériger des barrières de protection et de résistance (aux crises), le prochain retournement conjoncturel arrivera plus rapidement que prévu et sera plus difficile à combattre", a-t-il fait valoir.

Pour le FMI, la réforme fiscale aux États-Unis n'aura ainsi un effet qu'à court terme, car à moyen terme elle devrait creuser le déficit budgétaire, si bien que la croissance de la première puissance économique du monde devrait ralentir plus que prévu, et ce pendant plusieurs années à partir de 2022, effaçant quelques gains de la période précédente.

En outre, il s'inquiète d'un risque accru de correction sur les marchés alors que les principales Bourses mondiales profitent du vent d'optimisme avec la multiplication des records enregistrés à Wall Street.

Le FMI met aussi en garde sur les tensions géopolitiques dans l'est de l'Asie et au Moyen-Orient et sur les incertitudes politiques dans des pays comme le Brésil, la Colombie, l'Italie ou le Mexique où des élections vont avoir lieu. En outre, les récentes catastrophes climatiques illustrent les risques d'événements récurrents engendrant d'importants coûts humanitaires et économiques.

Enfin, le FMI met en garde contre les tentations protectionnistes qui pourraient peser sur les investissements et la croissance.

Avec AFP

 

Première publication : 23/01/2018

  • ÉCONOMIE

    Le FMI reste optimiste et prévoit toujours une reprise de l'économie mondiale

    En savoir plus

  • L'ENTRETIEN

    Christine Lagarde : "Une telle reprise est une première en 10 ans"

    En savoir plus

  • La semaine de l'éco - 2e partie

    Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)