Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Loi asile immigration : Gérard Collomb essuie la critique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inquiétante disparition de jeunes filles au Nigéria

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Italie : des mesures concrètes pour améliorer l'accueil des demandeurs d'asile

En savoir plus

FACE À FACE

Loi asile et immigration : un texte qui divise la majorité présidentielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les femmes à l'honneur de la Berlinale

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"D'Alep à la Ghouta, l'histoire se répète"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Venezuela a lancé le "petro", sa cryptomonnaie officielle

En savoir plus

Portugal: un tribunal ordonne l'expertise psychiatrique d'un défunt

© AFP/Archives | Dans un cimetière de Lisbonne, le 12 décembre 2004

LISBONNE (AFP) - 

Un tribunal du sud du Portugal a officiellement demandé à un hôpital l'expertise psychiatrique d'un homme décédé depuis deux ans dans le but de résoudre une affaire d'héritage, a-t-on appris mardi auprès de cet établissement.

"A la mi-janvier, quand j'ai reçu la notification pour effectuer l'expertise, c'était tellement ridicule, en 25 ans de carrière je n'avais jamais vu ça !", a dit à l'AFP Ana Matos Pires, la directrice du service de psychiatrie du centre hospitalier de Beja (sud).

Ne disposant que de trois instituts autorisés à réaliser ce genre d'examen, les magistrats portugais mettent souvent à contribution les services de psychiatrie des hôpitaux publics pour répondre à l'afflux de demandes de la justice.

Face à cette requête, la directrice a simplement répondu qu'elle était dans l'impossibilité de réaliser l'expertise.

Au Portugal, les expertises psychiatriques coûtent 400 euros.

"J'aurais pu être cynique, aller devant la tombe de cet homme, poser quelques questions et envoyer mon rapport, mais j'ai voulu épargner le ministère de la Justice de cette dépense", a confié en riant la psychiatre.

© 2018 AFP