Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée, une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

Amériques

Brésil : la condamnation pour corruption de l'ex-président Lula confirmée et alourdie en appel

© Mauro Pimentel / AFP | L’ex-président brésilien Lula a été reconnu coupable de corruption et blanchiment par la cour d’appel de Porto Alegre, le 24 janvier 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/01/2018

Accusé de corruption passive et de blanchiment d'argent, l'ex-président brésilien Lula été reconnu coupable, mercredi, par la cour d'appel de Porto Alegre. Sa peine a été alourdie à 12 ans et un mois de prison.

Sans surprise, sa condamnation a été confirmée. L'ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a été reconnu coupable de corruption et de blanchiment par la cour d'appel de Porto Alegre, mercredi 24 janvier.

Joao Gebran Neto, premier juge de la cour d'appel de Porto Alegre à voter et rapporteur du procès, a confirmé la condamnation de la figure emblématique de la gauche, tout en alourdissant sa peine à 12 années et un mois de prison, contre neuf ans et six mois en première instance

>> À voir : Procès Lula : la justice brésilienne suspectée de partialité

Le vote des deux autres magistrats est allé dans le même sens. Les trois juges ont par ailleurs précisé que la peine ne serait appliquée qu'après épuisement de tous les recours, écartant une incarcération de Lula dès mercredi.

Les explications de notre correspondante

"Des preuves au-delà de tout doute"

Lula est accusé d'avoir reçu un triplex en bord de mer du groupe de bâtiment OAS en échange de l'attribution de marchés publics de Petrobras pendant sa présidence (2003-2010). Le juge Grebran Neto a affirmé qu'"il exist(ait) des preuves au-delà de tout doute raisonnable" et que "ce triplex était réservé au président Lula".

"L'ex-président était un des principaux artisans, sinon le principal, d'un vaste réseau de corruption (...) qui a fragilisé non seulement le fonctionnement de Petrobras, mais de tout le processus politique du Brésil", a-t-il asséné.

C'est le juge Sergio Moro, ennemi intime de Lula, qui avait prononcé en juillet 2017 la condamnation choc contre l'ancien président, puis saisi ses biens. Lula avait dénoncé un "pacte diabolique" pour l'empêcher de se représenter à la présidentielle de 2018.

"Un sursis offert au candidat Lula"

Mais rien n'est joué pour l'instant en ce qui concerne la candidature de Lula. Une myriade de recours étant possibles, la capacité de Lula de se présenter ou non à la présidentielle pourrait ne pas être établie avant de longs mois de bataille juridique.

"Il peut user de plusieurs recours assez techniques : le premier visant à éclaircir tous les points du jugement, et le deuxième visant à questionner les divergences entre les juges", explique Fanny Lothaire, correspondante de France 24 au Brésil.  L'examen de ces recours pourra prendre jusqu'à six mois. "C'est un sursis offert au candidat Lula". Ce dernier a jusqu'au mois d'août pour enregistrer sa candidature.

Lula reste  combatif. Avant la décision des juges, il avait déclaré : "La seule chose dont je suis sûr, c'est que je ne m'arrêterai de me battre que le jour de ma mort". Il devait participer à une manifestation à Sao Paulo qui réunissait déjà 10 000 de ses supporters en fin d'après-midi.

Gleisi Hoffmann, présidente du Parti des travailleurs (PT), fondé par Lula, avait appelé ses soutiens à "aller dans les rues, parce que la démocratie est en péril" si sa condamnation était confirmée.

Des milliers de sympathisants de Lula ont convergé depuis la fin de la semaine dernière à Porto Alegre, dans une ambiance tendue qui laissait redouter des affrontements avec ses opposants. L'ex-président jouit toujours d'un fort soutien parmi les plus défavorisés qui ont bénéficié de sa politique de redistribution pendant ses deux mandats. Mais il est aussi cordialement détesté par une partie des Brésiliens qui souhaitent sa déroute.

Avec AFP

Première publication : 24/01/2018

  • BRÉSIL

    Vidéo: jugé en appel pour corruption, Lula peut toujours compter sur ses partisans

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Brésil : jugé en appel pour corruption, Lula joue sa survie politique

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    La justice brésilienne bloque des comptes et saisit des biens de Lula

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)