Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vénézuela : à Caracas, certains quartiers vivent dans la nostalgie des années Chavez

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dans les coulisses du Studio Harcourt

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Finance verte : "Ce n'est pas un problème d'argent mais de projets"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne : la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise Grecque : 8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

NBA: la nomination aux Oscars de Kobe Bryant fait grincer des dents

© Getty/AFP/Archives | La légende du basket-ball Kobe Bryant au Staples Center, le 18 décembre 2017

LOS ANGELES (AFP) - 

La légende du basket-ball Kobe Bryant a ajouté mardi à son palmarès une nomination aux Oscars pour un court-métrage d'animation qu'il a co-réalisé, mais cet honneur pour celui qui a fait l'objet d'accusations de viol faisait grincer des dents à l'heure de l'affaire Weinstein.

Bryant a été nommé pour le dessin animé "Dear Basketball", qui adapte au grand écran une lettre d'amour à son sport écrite par l'ex-star des Lakers de Los Angeles au moment de son départ en retraite.

"Quoi? Ca dépasse l'entendement. Cela signifie tant que L'Académie (des arts et sciences du cinéma, qui remet les Oscars) ait jugé +Dear Basketball+ digne d'une nomination. Merci au génie de Glen Keane et John Williams pour avoir élevé mon poème à ce niveau. C'est un honneur d'être dans cette équipe", s'est réjoui sur Twitter le champion.

Dès l'annonce de cette sélection, les critiques ont toutefois plu, rappelant les antécédents d'abus sexuel du joueur, au moment où les mouvements Times's Up et #MeToo ont entrepris de changer la culture sexiste dans le divertissement américain et au-delà.

Hollywood est encore sonnée par l'affaire Harvey Weinstein, le producteur jadis tout puissant accusé d'avoir harcelé, agressé sexuellement ou violé plus de 100 femmes.

"Félicitations, l'Académie vient de nommer un (homme) accusé de viol", a écrit Melissa Silverstein, fondatrice de l'organisation "Women and Hollywood", qui promeut une meilleure équité dans l'industrie cinématographique.

"Qu'est-ce qui a pris aux électeurs des Oscars?", s'est pour sa part interrogée la critique de cinéma April Wolfe.

En 2003, une employée d'hôtel de 19 ans a accusé Kobe Bryant de l'avoir agressée sexuellement dans un hôtel du Colorado. L'intéressé a été arrêté puis libéré.

Lors d'une conférence de presse, il avait publiquement reconnu une relation adultère mais nié le viol. La plainte n'avait pas été suivie de poursuites pénales et un accord avait été trouvé entre les parties avant un procès civil.

Bryant est considéré comme une des plus grandes vedettes de la NBA et l'un des meilleurs joueurs de l'histoire de la Ligue nord-américaine de basket-ball.

Depuis l'affaire Weinstein, de nombreux hommes en vue à Hollywood sont tombés de leur piédestal, à l'instar de Kevin Spacey, expurgé de "Tout l'argent du monde" et remplacé au pied levé par Christopher Plummer, qui a décroché une nomination aux Golden Globes et aux Oscars pour ce rôle.

Autre exemple: l'acteur James Franco a été couronné d'un Golden Globe pour "The Disaster Artist" mais il a été rattrapé depuis par des accusations de comportement sexuel abusif: il est absent des Oscars.

© 2018 AFP