Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

EUROPE

Ingvar Kamprad, fondateur de l'empire Ikea, est mort

© AFP | Le fondateur du géant de l'ameublement suédois Ikea, Ingvar Kamprad, en janvier 2018.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/01/2018

Le fondateur du géant de l'ameublement suédois Ikea, Ingvar Kamprad, est mort samedi. Fils de paysan devenu multimilliardaire, il laisse derrière lui un empire colossal et un parfum de scandale avec un goût prononcé pour l'optimisation fiscale.

Le meuble en kit tendance et pas cher, c'est lui. Le fondateur d'Ikea, le Suédois Ingvar Kamprad, est mort samedi 27 janvier, à l'âge de 91 ans. Fils de paysan, il était devenu l'un des hommes les plus riches du monde en revolutionnant l'aménagement des foyers.

En 2017, sa fortune était estimée à 37,3 milliards d'euros, le plaçant au troisième rang des milliardaires européens, selon le magazine économique suisse Bilan.

Entrepreneur novateur, Ingvar Kamprad est aussi pionnier de l'optimisation fiscale. En 1973, il quitte la Suède pour le Danemark, puis s'installe en Suisse en 1977, où il vivra jusqu'en 2014 avant de venir finir ses jours dans sa région natale, dans le sud de la Suède.

L'organisation nébuleuse de son entreprise interpelle. Les fonctions exécutives, la stratégie, la conception des produits sont en Suède, mais d'un point de vue juridique et comptable, Ikea se répartit entre fondations et sociétés aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Suisse et au Liechtenstein.

Ce n'est pas le seul scandale auquel il ait été lié. En 1994, un journal révèle les liens du jeune Kamprad avec un groupuscule nazi suédois pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Il admet dans une lettre à ses collaborateurs "la plus grande erreur de sa vie", qu'il met sur le dos des accointances national-socialistes de sa famille paternelle, d'origine allemande.

Friperies et Volvo hors d'âge

Malgré sa fortune, l'homme vivait chichement, s'habillait dans les friperies et fuyait les médias qui se moquaient de sa Volvo hors d'âge et des points sur sa carte de fidélité au supermarché. "Si vous me regardez, je pense ne rien porter qui n'ait été acheté à un marché aux puces. Je veux montrer un bon exemple", justifiait-il dans un rare entretien en 2016 à la chaîne suédoise TV4.

Dans les années 2010, il avait progressivement pris sa retraite, pour laisser la place à ses trois fils. L'héritage de l'empire Ikea a fait l'objet d'une âpre bataille entre son fondateur et ses enfants.

Le groupe Ikea compte aujourd'hui 403 magasins sur tous les continents, emploie 190 000 personnes dans le monde et génère un chiffre d'affaires annuel de 38 milliards d'euros.

En 2013, un livre intitulé "Ikea en route vers l'avenir" affirme que ces derniers lui ont contesté les droits de la marque et un pourcentage sur les ventes, réclamant qu'entre 20 et 30 milliards de couronnes (2,1 à 3,2 milliards d'euros) aillent à la fondation familiale. Selon les auteurs de l'enquête, Kamprad a cédé, de guerre lasse.

Avec AFP

Première publication : 29/01/2018

  • FRANCE

    Les jeunes entrepreneurs relèvent le défi du "Made in France"

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalexit : les entreprises catalanes redoutent une sortie de l’UE

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Référendum en Catalogne : les entreprises inquiètes face à une éventuelle sortie de l’UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)