Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guy Forget : "C'est une nouvelle version du tournoi de Roland-Garros"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

Amériques

États-Unis : les réfugiés de 11 pays désormais admis, mais leurs conditions d'entrée durcies

© Eduardo Munoz Alvarez, AFP | Marche contre la politique migratoire de Donald Trump, le 29 juin 2017 à New York.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/01/2018

L'interdiction d'entrée sur le territoire américain qui ciblait des réfugiés de 11 pays a été levée lundi. Le département de la Sécurité intérieure appliquera en contrepartie une politique plus stricte sur les conditions d'admission dans le pays.

Les États-Unis ont levé, lundi 29 janvier, l'interdiction d'entrée sur le territoire américain qui ciblait des réfugiés de 11 pays, mais ont en contrepartie durci leurs conditions d'admission, a indiqué le département de la Sécurité intérieure (DHS) dans un communiqué.

Les responsables américains n'ont pas dévoilé la liste des pays concernés, mais il s'agirait de l'Égypte, l'Iran, l'Irak, la Libye, le Mali, la Corée du Nord, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, la Syrie et le Yémen, selon les indications d'organismes s'occupant de réfugiés.

>> À voir : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

Les autorités américaines ont également annoncé un renforcement de la sécurité et des recommandations dans les procédures du Programme américain d'admission des réfugiés (USRAP), notamment le renforcement des vérifications des demandes d'asile et une actualisation régulière de la liste des pays à haut risque ainsi que des critères de sélection des réfugiés

"Crucial que nous sachions qui entre aux États-Unis"

"Il est d'une importance cruciale que nous sachions qui entre aux États-Unis", a expliqué la patronne du DHS, Kirstjen Nielsen. "Ces mesures de sécurité supplémentaires rendront (la tâche) plus difficile pour les mauvais acteurs d'exploiter notre programme pour les réfugiés et elles assureront que nous prenions une approche plus basée sur le risque dans la protection de notre patrie", a-t-elle ajouté.

Les États-Unis avaient annoncé en octobre la suspension de l'interdiction d'entrée des réfugiés, sauf pour ces 11 pays, quatre mois après sa mise en place dans le cadre d'un décret migratoire très controversé. Ce décret controversé, pris au nom de la lutte contre le terrorisme, était entré en vigueur début décembre après un marathon judiciaire, le texte étant dénoncé comme discriminatoire envers les musulmans.

>> À voir : Donald Trump envisage une taxe sur les produits mexicains pour payer le mur

L'administration Trump a également décidé de réduire drastiquement le nombre d'admissions de réfugiés permises aux États-Unis pour 2018. Seulement 45 000 personnes seront admises, contre 53 000 en 2017.

Cette annonce intervient alors que l'administration tente de parvenir à un accord avec l'opposition démocrate sur une limitation de l'immigration légale et un renforcement de la lutte contre les clandestins. Donald Trump a ainsi proposé de régulariser la situation d'1,8 million de jeunes immigrés menacés d'expulsion, en échange du financement par le Congrès d'un mur à la frontière avec le Mexique.

Avec AFP

Première publication : 30/01/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Dans le collimateur de Donald Trump, le numéro deux du FBI Andrew McCabe démissionne

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    À Davos, Trump clame que "l'Amérique d'abord n'est pas l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • PLANÉTE

    Minuit moins 2 minutes, le risque nucléaire fait avancer l'horloge de l'apocalypse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)