Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radicalisation : un nouveau plan pour sortir de l'impasse"

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : des messages de Puigdemont sèment le doute sur sa candidature

© Telecinco | La chaîne espagnole Telecinco a intercepté plusieurs messages de Carles Puigdemont, mardi 30 janvier.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/02/2018

La chaîne espagnole Telecinco a relayé mercredi une série de messages envoyés par Carles Puigdemont à un ancien membre du gouvernement catalan. L'ex-président de la Catalogne y écrit notamment que tout est "fini".

Carles Puigdemont est-il sur le point de renoncer ? Plusieurs messages de l'ancien président de la Catalogne le laissent supposer : "Nous vivons encore les derniers jours de la république catalane", "le plan de la Moncloa [gouvernement espagnol] a triomphé", "J'espère qu'ils vont tous pouvoir sortir de prison, sinon ce sera ridicule".

Dans ces messages envoyés au député catalan Toni Comin, installé comme lui en Belgique, l'indépendantiste commente le report de la séance de mardi supposé l'investir à la présidence de la région en se disant "sacrifié" à la suite d'un plan du gouvernement espagnol. Ces échanges sur la messagerie Signal ont été interceptés par la chaîne privée Telecinco, qui a filmé l'écran du téléphone du député lors d'une réunion du parti nationaliste flamand N-VA à laquelle il était convié.

Pourtant, au même moment, Carles Puigdemont assurait dans une vidéo être le seul candidat possible.

>> À lire : Pourquoi Puigdemont joue au chat et à la souris avec Madrid ?

La nouvelle, reprise dans toute la presse espagnole, a été confirmée par l'intéressé mercredi via Twitter. "Je suis humain et j'ai aussi des moments de doute", a-t-il admis. "Je ne ferai pas marche arrière, par respect, sens de la reconnaissance et engagement auprès des citoyens du pays."

De son côté, le président du Parlement catalan Roger Torrent a estimé qu'il devait reporter l'investiture pour obtenir des "garanties" permettant sa tenue, craignant l'éventuelle arrestation de Carles Puigdemont. Mais cette annonce avait surpris le groupe parlementaire indépendantiste Junts per Catalunya, qui a assuré ne pas avoir été consulté, et mis au jour les divisions au sein du camp séparatiste.

Avec AFP

Première publication : 01/02/2018

  • ESPAGNE

    Catalogne : ajournement de l'investiture de Carles Puigdemont, interdite par la Cour constitutionnelle

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    La justice espagnole suspend l'investiture de Puigdemont comme président de Catalogne

    En savoir plus

  • CATALOGNE

    Catalogne : Puigdemont assure pouvoir diriger la région depuis Bruxelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)