Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne, la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

FRANCE

Corse : une manifestation à l’appel des nationalistes trois jours avant la venue de Macron

© FRANCE 24 | Malgré le temps maussade, plusieurs milliers de personnes étaient au rendez-vous samedi 3 février à Ajaccio.

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/02/2018

Plusieurs milliers de personnes ont participé, samedi après-midi, à Ajaccio, à la manifestation pour la "démocratie et le respect du peuple corse", organisée par les nationalistes. Et ce, trois jours avant la visite d'Emmanuel Macron.

"Demucrazia è rispettu pè u populu corsu" ("Démocratie et respect pour le peuple corse"). Tel était le thème de la manifestation qui a eu lieu à Ajaccio, samedi 3 février après-midi, à l’appel des dirigeants nationalistes corses. Plusieurs milliers de personnes étaient au rendez-vous, malgré la mauvaise météo, qui a conduit à la suppression de certains transports en commun. Il y avait 22.000 à 25.000 manifestants selon les organisateurs et 5.600 à 6.000 selon la préfecture.

"On pense que la mobilisation est nécessaire et qu'elle permet tranquillement, sereinement, de faire bouger les lignes", a déclaré à l'AFP le député nationaliste, Jean-Félix Acquaviva.

Charles Pieri, ex-chef du Front de libération nationale corse (FLNC) et figure de la violence clandestine était présent, mais a refusé de répondre aux très nombreux journalistes. Edmond Simeoni, père du président de l'exécutif et figure de l'autonomisme corse, se trouvait également parmi les manifestants.

>> À lire sur France 24 : "Et si la Catalogne influençait d'autres indépendantistes européens ?"

Trois jours avant la visite d'Emmanuel Macron en Corse, la manifestation visait "à convaincre le président, à travers une mobilisation populaire et pacifique, d'ouvrir un dialogue", a indiqué à l'AFP le président autonomiste du conseil exécutif Gilles Simeoni. Pour lui, ce rassemblement est une réponse aux "fins de non-recevoir sur la quasi-totalité des dossiers" – co-officialité de la langue corse, rapprochement et amnistie des prisonniers, statut de résident, inscription de la Corse dans la constitution – qu'il a présentés la semaine dernière à Paris avec son allié Jean-Guy Talamoni au Premier ministre Édouard Philippe et au président du Sénat Gérard Larcher.

Après ces réunions, Matignon avait semblé surpris par la déception des élus nationalistes. "Il y a eu avec le Premier ministre un dialogue constructif : à l'issue de cet échange, chacun a d'ailleurs convenu que nous entrions dans une nouvelle phase politique", avait-on fait valoir dans l'entourage d’Édouard Philippe. Matignon a "pris acte" de l'appel à manifester, tout en souhaitant que le "dialogue initié" entre le gouvernement et l'exécutif local corse se "poursuive".

À l'Élysée, où l'agenda du président lors de sa visite en Corse mardi et mercredi n'est officiellement toujours pas finalisé, l'heure est à l'observation.

Avec AFP

Première publication : 03/02/2018

  • FRANCE

    Corse : l’indépendance n’est pas à l’ordre du jour mais...

    En savoir plus

  • FRANCE

    Raz-de-marée nationaliste aux élections territoriales en Corse

    En savoir plus

  • CORSE

    Corse : des manifestants réclament la démolition des villas de Pierre Ferracci

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)