Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : de l'inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat sur les armes aux États-Unis : une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat sur les armes aux États-Unis : une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Agriculture productiviste : "Des modèles alternatifs existent !"

En savoir plus

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

FRANCE

Corse : une manifestation à l’appel des nationalistes trois jours avant la venue de Macron

© FRANCE 24 | Malgré le temps maussade, plusieurs milliers de personnes étaient au rendez-vous samedi 3 février à Ajaccio.

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/02/2018

Plusieurs milliers de personnes ont participé, samedi après-midi, à Ajaccio, à la manifestation pour la "démocratie et le respect du peuple corse", organisée par les nationalistes. Et ce, trois jours avant la visite d'Emmanuel Macron.

"Demucrazia è rispettu pè u populu corsu" ("Démocratie et respect pour le peuple corse"). Tel était le thème de la manifestation qui a eu lieu à Ajaccio, samedi 3 février après-midi, à l’appel des dirigeants nationalistes corses. Plusieurs milliers de personnes étaient au rendez-vous, malgré la mauvaise météo, qui a conduit à la suppression de certains transports en commun. Il y avait 22.000 à 25.000 manifestants selon les organisateurs et 5.600 à 6.000 selon la préfecture.

"On pense que la mobilisation est nécessaire et qu'elle permet tranquillement, sereinement, de faire bouger les lignes", a déclaré à l'AFP le député nationaliste, Jean-Félix Acquaviva.

Charles Pieri, ex-chef du Front de libération nationale corse (FLNC) et figure de la violence clandestine était présent, mais a refusé de répondre aux très nombreux journalistes. Edmond Simeoni, père du président de l'exécutif et figure de l'autonomisme corse, se trouvait également parmi les manifestants.

>> À lire sur France 24 : "Et si la Catalogne influençait d'autres indépendantistes européens ?"

Trois jours avant la visite d'Emmanuel Macron en Corse, la manifestation visait "à convaincre le président, à travers une mobilisation populaire et pacifique, d'ouvrir un dialogue", a indiqué à l'AFP le président autonomiste du conseil exécutif Gilles Simeoni. Pour lui, ce rassemblement est une réponse aux "fins de non-recevoir sur la quasi-totalité des dossiers" – co-officialité de la langue corse, rapprochement et amnistie des prisonniers, statut de résident, inscription de la Corse dans la constitution – qu'il a présentés la semaine dernière à Paris avec son allié Jean-Guy Talamoni au Premier ministre Édouard Philippe et au président du Sénat Gérard Larcher.

Après ces réunions, Matignon avait semblé surpris par la déception des élus nationalistes. "Il y a eu avec le Premier ministre un dialogue constructif : à l'issue de cet échange, chacun a d'ailleurs convenu que nous entrions dans une nouvelle phase politique", avait-on fait valoir dans l'entourage d’Édouard Philippe. Matignon a "pris acte" de l'appel à manifester, tout en souhaitant que le "dialogue initié" entre le gouvernement et l'exécutif local corse se "poursuive".

À l'Élysée, où l'agenda du président lors de sa visite en Corse mardi et mercredi n'est officiellement toujours pas finalisé, l'heure est à l'observation.

Avec AFP

Première publication : 03/02/2018

  • FRANCE

    Corse : l’indépendance n’est pas à l’ordre du jour mais...

    En savoir plus

  • FRANCE

    Raz-de-marée nationaliste aux élections territoriales en Corse

    En savoir plus

  • CORSE

    Corse : des manifestants réclament la démolition des villas de Pierre Ferracci

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)