Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigéria : de l’inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

EUROPE

Italie : six blessés dans une fusillade motivée par "la haine raciale" en pleine campagne électorale

© AFP | Le véhicule du suspect qui a été interpellé, samedi 3 février.

Vidéo par Sophie ALAVI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/02/2018

Un jeune homme soupçonné d'être l'auteur d'une fusillade perpétrée à partir d'une voiture à Macerata, dans le centre de l'Italie, a été arrêté par la police, samedi. Les victimes sont toutes d'origine africaine.

Ses six victimes sont toutes d'origine africaine. Un homme soupçonné d'être l'auteur de la fusillade perpétrée à partir d'une voiture à Macerata, dans le centre de l'Italie, a été arrêté par la police, samedi 3 février.

Survenue en pleine campagne électorale italienne, la fusillade est empreinte d'une "évidente haine raciale", a estimé le ministre italien de l'Intérieur. Le jeune Italien arrêté aurait vidé deux chargeurs avec un pistolet, selon des éléments de l'enquête révélés par la presse. Le crâne rasé, il portait un drapeau italien sur les épaules et aurait clamé "L'Italie aux Italiens" aux policiers, selon l'agence de presse Agi.

Le seul lien entre les victimes : "la couleur de leur peau"

Les six blessés, cinq hommes et une femme, sont originaires du Mali, du Ghana et du Nigeria, selon Agi. Des bureaux du Parti démocrate (centre-gauche, au pouvoir) ont aussi été visés par les tirs.

Le ministre de l'Intérieur Marco Minniti a jugé que la fusillade était marquée par une culture "d'extrémisme de droite avec des références claires au fascisme et au nazisme", après une réunion samedi soir avec les forces de l'ordre locales. Le seul lien entre les victimes est "la couleur de leur peau", a-t-il assuré, en décrivant "une initiative criminelle à caractère individuel, certainement préparée à l'avance".

Le suspect arrêté avait, selon les médias, été candidat en 2017 sous l'étiquette de la Ligue du Nord (parti souverainiste anti-immigration proche du Front national français) à des élections communales non loin de Macerata. "Quelqu'un qui tire est un délinquant, abstraction faite de la couleur de la peau", a très vite réagi le patron de la Ligue du Nord, Matteo Salvini, avant de dénoncer "l'invasion" migratoire en Italie.

La police n'a pour l'instant fait "aucun lien direct" entre la fusillade et un sordide fait divers amplement couvert depuis deux jours par les médias. Mercredi, le corps d'une jeune Italienne de 18 ans avait été retrouvé découpé en morceaux dans des valises. Un Nigérian, demandeur d'asile et dealer de drogue, a depuis été arrêté dans cette même ville de Macerata, soupçonné de cet assassinat. La police a notamment découvert, vendredi, au domicile de ce Nigérian de 29 ans des vêtements de la victime et un couteau avec des traces de sang.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 03/02/2018

COMMENTAIRE(S)