Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guy Forget : "C'est une nouvelle version du tournoi de Roland-Garros"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

Afrique

Sénégal : à Saint-Louis, Macron promet 15 millions d'euros contre le réchauffement climatique

© Ludovic Marin, POOL, AFP | Emmanuel Macron et Macky Sall à Saint-Louis, le 3 février 2018, sur le front de mer de la Langue de Barbarie rongée par la montée des eaux.

Vidéo par Stéphanie ANTOINE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/02/2018

Après l'éducation, le climat. Dans le cadre de sa visite au Sénégal, Emmanuel Macron se trouve à Saint-Louis. Il a annoncé une aide de 15 millions d'euros pour lutter contre l'érosion côtière, qui a déjà forcé 200 familles à déménager.

Elle est la "Venise africaine" mais la montée des eaux fait craindre le pire. En visite à Saint-Louis au Sénégal, samedi 3 février, Emmanuel Macron a promis d'investir 15 millions d'euros pour lutter contre l'érosion côtière, qui menace cette ancienne capitale de l'Afrique occidentale française.

>> À voir : Au Sénégal, Saint-Louis est menacée par la montée des eaux

"Ici, à Saint-Louis [...], c'est dans l'une des zones les plus densément peuplées d'Afrique que se joue notre responsabilité collective, celle de gagner cette bataille contre les réchauffements et les dérèglements climatiques", a déclaré le président français dans un discours, lors de la deuxième journée de visite au Sénégal.

Relevant que le président sénégalais, Macky Sall, avait commencé "un programme ambitieux sur tout le nord de la Langue [de Barbarie]", Emmanuel Macron a annoncé que "l'État français investira 15 millions d'euros pour poursuivre ce programme". Cet investissement sera engagé par l'Agence française de développement (AFD). De son côté, le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, présent pour l'occasion, a également annoncé qu'un fonds de 30 millions de dollars (24 millions d'euros) serait créé pour la relocalisation des populations menacées.

Deux cents familles forcées à déménager

"Le maire de Saint-Louis est venu en France à l'occasion du One planet Summit, en décembre.  Il avait dit à Emmanuel Macron de venir  voir à quel point le réchauffement climatique menaçait sa ville, prête à s'effondrer sous les eaux", rappelle Stéphanie Antoine, envoyée spéciale à Saint-Louis du Sénégal, ville classée depuis 2000 au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

La situation est plus qu'urgente dans cette ville de pêcheurs située à l'embouchure du fleuve Sénégal. Sur la Langue de Barbarie, bande de sable face à Saint-Louis, l'assaut des vagues a déjà obligé 200 familles à déménager. Quelque 900 autres sont également menacées de devoir quitter leur habitation.

Le chef d'État français concluait samedi une visite de deux jours au Sénégal, consacrée à l'éducation et la lutte contre les dérèglements climatiques, au cours de laquelle il a en outre annoncé un investissement de 200 millions d'euros au Partenariat mondial pour l'éducation.

Première publication : 03/02/2018

  • SÉNÉGAL

    Au Sénégal, Macron promet 200 millions au Partenariat mondial pour l'éducation

    En savoir plus

  • ÉDUCATION

    À Dakar, Macron attendu sur l'éducation dans les pays en développement

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Emmanuel Macron annonce un soutien renforcé à la démocratie tunisienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)