Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

Asie - pacifique

Nucléaire : les États-Unis risquent "d'anéantir l'humanité", selon l'Iran

© Carlos Barria, AFP | Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif estime que la nouvelle politique américaine en matière de nucléaire militaire "rapproche l'humanité de l'anéantissement".

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/02/2018

La nouvelle politique américaine en matière de nucléaire militaire "rapproche l'humanité de l'anéantissement", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, dans un tweet publié dans la nuit de samedi à dimanche.

Le ton est alarmiste. Dans un message publié sur Twitter dans la nuit de samedi à dimanche 4 février, le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a estimé que la nouvelle politique américaine en matière de nucléaire militaire "rapproche l'humanité de l'anéantissement".

Ce message fait suite à l’annonce des États-Unis, vendredi 2 février, de vouloir se doter de nouvelles armes nucléaires de faible puissance, en réponse notamment au réarmement de la Russie.

"Nous avons conclu que notre stratégie et nos capacités actuelles étaient clairement perçues par les Russes comme potentiellement insuffisantes pour les dissuader de faire deux choses : lancer des frappes nucléaires limitées pour faire pression sur l’Otan lors d'un conflit conventionnel en train de s'aggraver, et utiliser plus largement les armes nucléaires pour l'emporter face aux forces conventionnelles de l'Otan si les menaces échouaient", avait déclaré vendredi Greg Weaver, le responsable des capacités stratégiques à l'état-major américain.

"L’horloge de l’Apocalypse"

Cette annonce fait craindre aux experts un retour de la prolifération et un risque plus élevé de conflit nucléaire. Pour Mohammad Javad Zarif, cela "traduit une dépendance accrue aux bombes nucléaires, en violation du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires".

Signé en 1968 et entré en vigueur deux ans plus tard, le TNP, auquel adhèrent aujourd'hui la quasi-totalité des États de la planète, pose dans son préambule l'"intention" des États parties "de parvenir au plus tôt à la cessation de la course aux armements nucléaires et de prendre des mesures efficaces dans la voie du désarmement nucléaire", en vue de parvenir, à terme, à "leur élimination".

Et le ministre iranien de poursuivre sur un ton dramatique : "Pas étonnant que l’horloge de l’Apocalypse n’ait jamais été aussi alarmante depuis 1953", faisant référence à l’horloge conceptuelle, créée peu de temps après le début de la guerre froide. Elle utilise l'analogie du décompte vers minuit pour dénoncer le danger qui pèse sur l'humanité en raison des menaces nucléaires, écologiques et technologiques. Depuis le 25 janvier 2018, l'horloge affiche minuit moins deux minutes.

"L'obstination [du président américain Donald] Trump à tuer" l'accord international sur le nucléaire iranien "découle de la même inconscience dangereuse", ajoute le ministre. Conclu en juillet 2015 après une décennie de tensions entre la communauté internationale et la République islamique autour du programme nucléaire controversé de Téhéran, l'accord international sur le nucléaire iranien est remis en cause par Donald Trump, qui menace d'en retirer son pays d'ici à la mi-avril. Les défenseurs du texte, en particulier les Européens, assurent, eux, que cet accord est le meilleur moyen de faire en sorte que l'Iran ne se dote pas de l'arme atomique.

Première publication : 04/02/2018

  • PLANÉTE

    Minuit moins 2 minutes, le risque nucléaire fait avancer l'horloge de l'apocalypse

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington - Pyongyang : la métaphore trompeuse du "bouton nucléaire"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le chef du nucléaire américain prêt à s'opposer à des frappes ordonnées par Trump

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)