Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

Economie

Allemagne : patronat et syndicats de la métallurgie s'accordent sur la semaine de 28 heures

© Carster Rehder, AFP | Des dizaines de milliers de travailleurs allemands ont manifesté début janvier pour demander une réduction du temps de travail.

Dernière modification : 06/02/2018

Patronat et syndicats de la filière métallurgique allemande se sont mis d'accord sur la réduction du temps de travail à 28 heures hebdomadaires pour les salariés. Une réduction partielle qui ne donnera lieu à aucune compensation salariale.

Les salariés de la métallurgie allemande vont avoir le droit de réduire leur temps de travail à 28 heures par semaine, sans compensation salariale et pour un temps limité toutefois. Un accord de branche en ce sens, à forte portée symbolique dans la première économie européenne, a été annoncé dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 février par le syndicat et les employeurs du secteur.

La fédération des employeurs de ce secteur, qui comprend notamment l'industrie automobile, a parlé dans un communiqué d'un "compromis supportable" mais contenant des "éléments douloureux".

L'accord a été conclu après des semaines de négociations et en parallèle de débrayages dans les usines de la part du syndicat de branche IG Metall, pour soutenir ces revendications, portant notamment sur davantage de flexibilité pour les salariés dans la définition de leur temps de travail.

Sur ce dernier point, ils ont obtenu une ouverture importante avec la généralisation du droit au temps partiel à 28 heures par semaine. Dorénavant, les salariés du secteur ayant au moins 2 ans d'ancienneté dans leur entreprise, pourront demander à bénéficier de cette réduction de leur temps de travail pour une durée comprise entre 6 et 24 mois, à l'issue de laquelle ils auront la garantie de pouvoir retrouver leur poste à temps plein.

>>> À lire : En Allemagne, la semaine de 28 heures n’est pas les 35 heures à la française

Il s'agit d'une avancée pour le syndicat de branche IG Metall. En revanche, ce dernier n'a pas pu obtenir satisfaction d'une autre de ses revendications clés : que les salariés concernés bénéficient dans le même temps d'une compensation financière partielle de leur employeur pour le manque à gagner. Il s'agira donc d'un temps partiel strict.

Seules certaines catégories d'employés, ceux élevant des enfants en bas âge, devant s'occuper de parents âgés dépendant ou travaillant de manière postée, pourront demander à transformer des hausses salariales prévues en journées de congés supplémentaires, et donc à compenser un peu indirectement leur temps partiel, s'ils choisissent de passer aux 28 heures.

"Mieux combiner vie professionnelle et vie privée"

"L'accord marque un revirement sur la question du temps de travail", a estimé le président d'IG Metall Jörg Hofmann. "Pendant trop longtemps, la flexibilité du temps de travail a été un privilège des employeurs" et "dorénavant les salariés auront le droit d'opter pour un temps de travail réduit, pour eux-mêmes, leur santé ou leur famille", a-t-il ajouté.

"Cela va aider les salariés à mieux combiner vie professionnelle et vie privée", a souligné de son côté la fédération patronale du secteur dans un communiqué. Mais "avec cette solution nous avons fait en sorte que la revendication initiale d'IG Metall d'une compensation financière" pour le temps partiel "ne soit pas retenue", a-t-elle ajouté.

Le patronat a aussi obtenu en échange davantage de flexibilité pour augmenter le temps de travail à 40 heures par semaine pour les salariés qui le souhaitent, contre 35 heures en moyenne dans le secteur. L'accord comprend aussi un volet complexe sur les salaires courant de janvier 2018 à fin mars 2020, soit 27 mois.

Il prévoit notamment une hausse de 4,3 % à partir du 1er avril 2018 et une prime de 100 euros par personne pour les trois premiers mois de l'année. IG Metall réclamait 6 % de revalorisation. Pour 2019, une prime de 400 euros ainsi qu'une hausse de salaire annuelle correspondant à environ un quart du salaire mensuel ont aussi été décidées.

Quatre millions de salariés concernés

L'accord global a été conclu dans un premier temps à Stuttgart par les représentants des employeurs de la métallurgie et d'IG Metall dans la région de Bade-Wurtemberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne. Cette région, où se situent de nombreux constructeurs automobiles, a toutefois valeur de zone pilote pour l'ensemble du secteur de quatre millions de salariés, qui devrait reprendre à son compte le compromis dans les jours à venir.

Au-delà, les accords dans la métallurgie allemande ont historiquement valeur de baromètre pour l'ensemble de l'économie allemande, au moment où de nombreux secteurs, y compris les services et la fonction publique, mènent des négociations salariales.

Avec AFP

Première publication : 06/02/2018

  • ALLEMAGNE

    En Allemagne, la semaine de 28 heures n’est pas les 35 heures à la française

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Tests d'émissions polluantes sur des singes : Volkswagen suspend un haut responsable

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Ministre des Finances de la zone euro : Merkel ne dit pas non

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)