Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Viols, agressions, harcèlement : les témoignages qui accablent l'Unef"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le dialogue de la dernière chance

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

FRANCE

Macron en Corse : hommage au préfet Érignac et rencontre avec les dirigeants nationalistes

© Pascal Pochard-Casabianca, AFP | Emmanuel Macron rend hommage au préfet Érignac assassiné en 1998 sur la place qui porte désormais son nom à Ajaccio, mardi 6 février 2018, où figurent un olivier et l'inscription "1 homme 1 place".

Vidéo par FRANCE 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/02/2018

Emmanuel Macron a rendu hommage mardi matin au préfet Érignac, assassiné il y a vingt ans en Corse. Il doit rencontrer dans la soirée les dirigeants nationalistes de l'île pour entamer un dialogue attendu.

Emmanuel Macron a rendu hommage, mardi 6 février à Ajaccio, au préfet Claude Érignac, vingt ans jour pour jour après l'assassinat du haut fonctionnaire. Le président effectue sa première visite en Corse, très attendue par les dirigeants nationalistes favorables à un "dialogue sans tabou" sur l'avenir de l'île.

L'assassinat du préfet Claude Érignac, tué le 6 février 1998 de trois balles, dont une à bout portant dans la tête, alors qu'il se rendait au théâtre pour assister à un concert avec son épouse, "ne se justifie pas, ne se plaide pas, ne s'explique pas", a affirmé Emmanuel Macron, lors d'une cérémonie d'hommage organisée sur les lieux mêmes du crime, dans la petite rue Colonna-d'Ornano à Ajaccio.

En inaugurant une place Claude Érignac à cet endroit, "nous scellons notre union indéfectible dans la République", a-t-il ajouté. "La Corse, terre de fierté et de dignité, a été salie par ce crime", a poursuivi le chef de l'État qui a également affirmé que "la justice de la République (avait) pu être rendue" et qu'elle serait "suivie sans complaisance, sans oubli, sans amnistie".

Avant lui, la veuve du préfet, Dominique Érignac, qui retournait sur l'île pour la première fois depuis le crime, s'est aussi exprimée. "J'espère que la République ne faiblira jamais en Corse", a-t-elle déclaré, entourée de ses deux enfants, en rendant hommage à son mari sur "ce lieu maudit" où elle a dit avoir pensé ne jamais revenir. Un olivier y a été planté avec, gravée au sol, l'inscription "Un homme, une place".

>> À voir : Des milliers de manifestants dans les rues d'Ajaccio à l'appel des nationalistes

Étaient présents notamment le ministre de l'Intérieur de l'époque, Jean-Pierre Chevènement, d'anciens préfets de la région et de nombreux élus insulaires, dont le président nationaliste du Conseil exécutif Gilles Simeoni qui, avant d'être élu, a été l'un des avocats d'Yvan Colonna, condamné à la perpétuité pour l'assassinat de Claude Érignac.

En revanche, le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, était absent. Ce dernier a expliqué son refus d'y participer par son "histoire politique" proche des mouvances indépendantistes clandestines.

Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse.

Yvan Colonna, "l’homme le plus recherché de France"

La mort de Claude Érignac – premier préfet tué en France depuis la Seconde Guerre mondiale – avait provoqué une énorme émotion en Corse. Les jours suivants, des dizaines de milliers d'insulaires avaient exprimé leur tristesse lors des plus grandes manifestations jamais organisées à Ajaccio et Bastia.

>> À lire : Corse, du nationalisme à la vendetta

Un groupe anonyme avait revendiqué le 9 février l'assassinat du "plus haut représentant de l'État" en Corse. Après plusieurs mois de confusion et de fausses pistes, l'enquête avait débouché le 21 mai 1999 sur l'arrestation de quatre hommes qui passaient aux aveux. Yvan Colonna, devenu "l'homme le plus recherché de France", n'a été arrêté que le 4 juillet 2003. Outre ce dernier, deux membres du commando, Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, restent aujourd'hui emprisonnés.

Depuis, le nationalisme corse a tourné en 2014 la page de la clandestinité et des attentats, avant de triompher dans les urnes, élisant en 2017 trois députés sur les quatre de l'île, puis obtenant une majorité absolue aux élections territoriales de décembre.

"On part pratiquement d'une feuille blanche" avec Macron

Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni se sentent ainsi en position de force au moment d'accueillir Emmanuel Macron, avec lequel ils s'entretiendront à 19 heures dans le bâtiment majestueux de la Collectivité territoriale unique qui domine Ajaccio et sa baie.

"Il y a une fenêtre historique pour sortir de la logique de conflit", a expliqué lundi Gilles Simeoni. Mais "pour un dialogue il faut être deux. Et pour l'instant nous avons été les seuls à avoir donné des signes tangibles que nous voulions ce dialogue", a-t-il poursuivi.

Le responsable autonomiste a en effet indiqué ignorer quelles étaient "les intentions" d'Emmanuel Macron, qui a très peu évoqué publiquement la Corse depuis son élection. "On part pratiquement d'une feuille blanche avec lui", résume Gilles Simeoni, en prévenant : "Si demain les portes du dialogue restaient fermées, nous serions dans une situation de crise, de blocage politique".

"La République doit conserver cette ambition de ménager à la Corse un avenir à la hauteur de ses espérances, sans transiger avec les requêtes qui la feraient sortir du giron républicain", a déclaré le chef de l'État mardi matin.

Mais c'est lors de la dernière étape de sa visite dans l'île, à Bastia mercredi après-midi, qu'il doit prononcer un discours sur sa vision de la Corse. Il aura auparavant rencontré des élus des autres tendances politiques de l'île, comme le maire LR d'Ajaccio Laurent Marcangeli, et des membres de la société civile.

Ce discours sera aussi très suivi à Paris, notamment dans le cadre du débat sur la révision de la Constitution souhaitée par Emmanuel Macron, qui porte sur les institutions mais pourrait inclure la Corse, comme le réclament les nationalistes. Parmi leurs autres demandes, figurent la co-officialité de la langue corse, le statut de résident et le rapprochement des prisonniers dits "politiques".

Avec AFP

Première publication : 06/02/2018

  • FRANCE

    Corse : une manifestation à l’appel des nationalistes trois jours avant la venue de Macron

    En savoir plus

  • FRANCE

    Corse : les nationalistes triomphent aux élections territoriales

    En savoir plus

  • FRANCE

    Corse : l’indépendance n’est pas à l’ordre du jour mais...

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)