Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 05/02/2018

"Salah Abdeslam, terroriste mutique"

© Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse française du lundi 5 février : la première visite d’Emmanuel Macron demain en Corse, la comparution du mutique Salah Abdeslam devant la justice belge, l’impasse de Calais, et le Zouave du pont de l’Alma, à Paris, affublé d'un gilet de sauvetage.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

 

À la une de la presse française, ce matin, la première visite d’Emmanuel Macron, demain et mercredi, en Corse. Elle a pour but de commémorer le vingtième anniversaire de l’assassinat du préfet Claude Érignac.

 

«En venant saluer la mémoire de ce haut représentant de l’État, assassiné au nom de la cause indépendantiste, le président de la République (doit rappeler) implicitement que la Corse reste un territoire de France, nation une et indivisible», estime Le Figaro. Le journal évoque «une plaie toujours ouverte», «difficile à refermer», et rappelle que quelques jours après cet assassinat, des dizaines de milliers de personnes étaient descendues dans la rue, en Corse, pour dénoncer cet acte. «Ce drame a bouleversé les consciences, aujourd’hui encore, rien de ce qui est entrepris sur un plan politique ne saurait être étranger à ce drame dont les conséquences nourrissent encore l’évolution de notre île», témoigne le président de l’exécutif territorial de l’époque, Jean Baggioni. Un drame que n’ont pas connu les jeunes gens interrogés par Le Parisien. Ils sont nés l’année de l’assassinat du préfet Érignac, en 1998. Beaucoup d'entre eux disent avoir voté en décembre pour Pè a Corsica («Pour la Corse»), la liste nationaliste et autonomiste qui dirige désormais la région. Parmi eux, Mattea, 20 ans tout juste, déclare avoir été sensible à l’ambition affichée de défendre la Corse sur le plan environnemental «quand d’autres candidats la vendent, cédant aux sirènes du tourisme». Si elle juge, en revanche, qu’il est «un peu tôt» pour l’indépendance, elle partage la revendication des nationalistes sur le rapprochement des détenus corses «pour des raisons humanitaires».

 

Les nationalistes ont organisé, samedi, une manifestation pour demander la «démocratie et le respect pour le peuple corse». D’après Le Figaro, cette mobilisation, qui aurait rassemblé 5 000 à 20 000 personnes, aurait surtout eu pour but de «mettre la pression» sur Emmanuel Macron, à trois jours d’une visite dont ils espèrent qu’elle permettra des avancées notamment sur le rapprochement des prisonniers corses, mais aussi sur une plus grand autonomie. Cette éventualité nécessiterait une révision de la Constitution et la reconnaissance de la co-officialité de la langue corse. Autant de sujets sur lesquels Emmanuel Macron devra «clarifier sa position», avance Le Figaro, qui met en garde le président contre des exigences susceptibles «d’ouvrir la porte, à plus ou moins long terme, à un scénario à la catalane». L’intellectuel libéral Jean-Claude Casanova, qui est né à Ajaccio, appelle quant à lui le président à inscrire la spécificité corse dans la Constitution, tout en mettant en garde contre «le maximalisme de certaines revendications des nationalistes». «Les Corses, dit-il dans Libération, n’ont aucun doute sur leur existence (…) et nous ne sommes pas non plus des enfants maltraités dont il faudrait reconnaître le malheur».

 

Il est aussi beaucoup question, ce matin, de la comparution, à partir d’aujourd’hui, de Salah Abdeslam devant la justice belge. Jugé pour des tirs lors de sa cavale, le seul survivant des commandos du 13-Novembre va se retrouver pour la première fois dans un box, après son transfert depuis la France sous très haute sécurité. «Mutique jusqu’ici, s’expliquera-t-il enfin?», s’interroge Libération, qui consacre sa une à ce terroriste dont la parole est très attendue. Une attente «légitime» mais «qui risque d’être déçue», prévient Libé, qui rappelle que le droit d’Abdeslam à se taire est «un droit élémentaire, fondamental», «ou alors, relève le journal, il faudrait que notre État de droit s’interroge sur les conditions d’isolement infligées à ce prisonnier hors norme», «un régime carcéral inédit (qui) peut se justifier sur le plan de la sécurité», mais qui ne préparerait pas à «l’épreuve de la confession».

 

La Croix revient sur les violentes rixes qui ont opposé, en fin de semaine dernière, des migrants à Calais. Plus d’un an après le démantèlement de la «jungle», beaucoup de ces migrants continuent à affluer à Calais et à tenter la traversée vers l’Angleterre grâce à des réseaux de passeurs. Ces derniers sont sans doute à l’origine des rixes de ces derniers jours, rappelle le journal catholique, qui évoque «l’impératif d’une lutte sans merci» contre ces réseaux. «Il faut traquer les flux financiers en jeux comme on traque l’argent de la drogue ou de la corruption», demande le journal, qui propose aussi de «conditionner le versement des aides aux pays d’Afrique de l’Ouest à leur propre lutte contre les réseaux de passeurs». Un combat qui ne serait pas encore «suffisamment mené», selon La Croix.

 

Une image insolite, pour terminer. La crue de la Seine offre depuis une semaine une multitude d’images spectaculaires, offrant chaque jour un point de vue sur la montée des eaux. Hier, c'est le mondialement célèbre Zouave du Pont de l’Alma qui a été affublé d'un gilet de sauvetage. Une intervention destinée non pas à éviter à la statue de se noyer, mais à sensibiliser à l’impact du règlement climatique, d’après The Huffington Post, qui rapporte que l’opération s’est déroulée sous le parrainage du photographe Yann Arthus-Bertrand et de sa fondation Goodplanet.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/05/2018 Protection des données

"Souriez, vous êtes (mieux) protégés"

Dans cette seconde revue de presse de la matinée : que penser du règlement général sur la protection des données (RGPD) qui entre en vigueur ce vendredi, de nouvelles...

En savoir plus

25/05/2018 Donald Trump

Plus du tout de sommet États-Unis - Corée du Nord ?

L'annulation du sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un est la une de cette première revue de presse du vendredi 25 mai. Également au menuÉ: le référendum irlandais sur...

En savoir plus

24/05/2018 revue de presse

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

Dans la presse ce jeudi 24 mai : le référendum irlandais sur l’avortement, la décision de la NFL d’obliger les joueurs de football américain à se tenir debout au moment de...

En savoir plus

24/05/2018 Revue de presse française

"From Russia with luck"

À la une de la presse ce jeudi 24 mai : la désignation de Giuseppe Conte pour diriger le nouveau gouvernement italien, la visite d’Emmanuel Macron en Russie, la première...

En savoir plus

23/05/2018 revue de presse

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

Dans la presse ce mercredi 23 mai : la mort de l’écrivain américain Philip Roth, la condamnation de l’archevêque australien Philip Wilson accusé d’avoir couvert des faits de...

En savoir plus