Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Discours de Ramaphosa: le président sud-africain promet un "fantastique départ"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Abus Sexuels : des ONG dans la tempête

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'après Zuma : Cyril Ramaphosa présente son plan d'action pour le pays

En savoir plus

TECH 24

Corée du Sud : l'innovation en forme olympique

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Infrastructures : les grands travaux de Donald Trump

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chômage en baisse : la France est-elle sortie de la crise ?

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : critiqué, Martin Schulz renonce à devenir ministre des Affaires étrangères

© Tobias Schwarz, AFP | Le chef du Parti social-démocrate (SPD) Martin Schulz était très critiqué, dans son camp, pour avoir revendiqué le poste de ministre des Affaires étrangères.

Vidéo par Luc ANDRE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/02/2018

Le chef de file des sociaux-démocrates allemands (SPD), Martin Schulz, a annoncé vendredi qu'il renonçait à entrer au gouvernement de coalition dirigé par la chancelière Angela Merkel, dont il devrait être le ministre des Affaires étrangères.

C'est le dernier rebondissement politique en date en Allemagne : le chef du Parti social-démocrate (SPD) Martin Schulz a annoncé, vendredi 9 février, renoncer à devenir ministre des Affaires étrangères dans le prochain gouvernement de coalitoin d'Angela Merkel.

Martin Schulz est très critiqué dans son parti pour avoir revendiqué le poste dans le cadre de l'accord de coalition annoncé mercredi avec les conservateurs de la chancelière, car il avait juré ne jamais être ministre d'Angela Merkel. Or cette coalition doit encore obtenir le blanc-seing des militants sociaux-démocrates au cours d'un référendum interne dont le résultat est attendu pour le 4 mars. Un résultat positif étant loin d'être acquis, Martin Schulz a expliqué qu'il se retirait pour éviter de galvaniser les opposants.

"Les débats autour de ma personne menacent le succès du vote. Je déclare donc par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement", a-t-il dit dans un communiqué.

La question du remplacement de Merkel, plus un sujet tabou

Le quatrième gouvernement d'Angela Merkel est critiqué de toute part, alors qu'il n'a même pas pris ses fonctions. Nombre de conservateurs reprochent à la chancelière d'avoir fait trop de concessions au SPD pour conserver son poste : si la base du SPD l'approuve, le prochain gouvernement de "grande coalition" ("GroKo"), le troisième depuis 2005, comptera, en effet, six ministres conservateurs et six ministres sociaux-démocrates.

L'organisation de jeunesse de la CDU-CSU a ainsi réclamé vendredi une "rénovation" du bloc conservateur. Le mécontentement au sein de la droite allemande est tel que la question du remplacement de Merkel, au pouvoir depuis plus de douze ans, n'est plus un sujet tabou. Certains commentateurs ont même suggéré que le gouvernement dresse dans deux ans un bilan de son action, afin d'offrir le cas échéant à Merkel une porte de sortie honorable.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 09/02/2018

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : Angela Merkel cède les Finances à la gauche

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : les conservateurs de Merkel et le SPD scellent un accord de gouvernement

    En savoir plus

  • SOCIAL

    Allemagne : patronat et syndicats de la métallurgie s'accordent sur la semaine de 28 heures

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)