Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Banlieues en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "L'objectif de Trump est de renverser le régime iranien"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "Le populisme c'est l'échec des élites"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mai 68 revisité à travers ses affiches

En savoir plus

Amériques

En Colombie, une difficile première campagne pour les Farc

© Felipe Caicedo, AFP | Le parti colombien Farc a décidé de suspendre ses campagnes électorales en raison de craintes pour sa sécurité.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/02/2018

L'ancienne guérilla colombienne Farc, transformée en parti politique, a annoncé vendredi qu'elle suspendait sa campagne pour les élections législatives et présidentielle prévues cette année, pour des raisons sécurité.

Le parti issu de l'ex-guérilla des Farc a suspendu vendredi 9 février sa campagne pour les élections législatives et présidentielle en Colombie, à la suite d'"agressions" contre certains de ses candidats, et demandé des "garanties" de sécurité.

"Il a été décidé de suspendre temporairement la campagne électorale jusqu'à ce que le gouvernement nous donne des garanties minimales pour la mener", a déclaré à l'AFP Imelda Daza, candidate de la Farc à la vice-présidence, en marge d'une conférence de presse de cette formation à Bogota.

Les Colombiens sont appelés à désigner le 11 mars leurs parlementaires, puis le 27 mai un successeur au président Juan Manuel Santos, qui quittera le pouvoir à l'issue de deux mandats de quatre ans. Un second tour pourrait avoir lieu le 17 juin.

"Agressions" et "sabotages" de la campagne

L'ex-guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie, désarmée et reconvertie en parti politique au mois de septembre dernier, sous le nom de Force alternative révolutionnaire commune, avec le même acronyme Farc, y présentera des candidats pour la première fois depuis sa création en 1964. Selon les sondages, le nouveau parti ne recueillerait que 2 % d'intentions de vote.

>> À lire aussi : Un an après l'accord de paix en Colombie, les désillusions des Farc

Imelda Daza a précisé que la décision avait été prise "essentiellement" en raison des "agressions" et des "sabotages" endurés ces derniers jours par le chef et candidat présidentiel de la Farc, Rodrigo Londoño alias Timochenko.

L'ex-commandant guérillero a annulé plusieurs déplacements dans le pays pour des raisons de sécurité et a dû être protégé de menaces d'agressions pendant des meetings ou à la sortie d'entretiens, a précisé Imelda Daza, qui se présente en tandem avec lui.

En campagne le week-end dernier, ce dernier a été accueilli par des manifestations hostiles aux cris d'"assassin" et de "terroriste". Des manifestants ont lancé des œufs, des tomates et des bouteilles en plastique sur son véhicule.

Ivan Marquez, membre de la Farc et candidat au Sénat, a dû annuler dimanche dernier une réunion à Florencia, dans le sud du pays, où des dizaines de manifestants étaient rassemblés.

La Farc accuse le parti de droite Centre démocratique, de l'ancien président Alvaro Uribe, d'être à l'origine de ces incidents. Lors de la conférence de presse, la Farc a affirmé que ces agressions entraient dans le cadre d'"un plan coordonné, visant à empêcher la participation politique d'un parti légalement constitué à la suite de l'accord de paix" signé fin 2016.

Depuis la signature de cet accord de paix, 51 membres de la Farc ont été assassinés.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 10/02/2018

  • COLOMBIE

    La Colombie suspend les négociations de paix avec la guérilla ELN après des violences

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Un an après l'accord de paix en Colombie, les désillusions des Farc

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    En images : saisie de 12 tonnes de cocaïne en Colombie, un record

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)