Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrin: une guerre sans images

En savoir plus

LE DÉBAT

Offensive sur Afrin en Syrie : Damas, Ankara, un nouveau rapport de force ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gabriel Attal : "Les propos de Laurent Wauquiez sont indignes et pas au niveau du chef d'un grand parti d'opposition"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Guillaume Larrivé : "On voit que la meute est en marche aux ordres de l'Élysée"

En savoir plus

FOCUS

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Carré écrivaine se dévoile dans "Les Rêveurs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Viols, agressions, harcèlement : les témoignages qui accablent l'Unef"

En savoir plus

Afrique

Afrique du Sud : le sort du président Zuma aux mains des dirigeants de son parti, l'ANC

© Pieter Bauermeister, AFP | Le 4 février, Jacob Zuma a exclu de démissionner, malgré l'appel pressant de la direction de son parti.

Vidéo par Bruno DAROUX

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/02/2018

La direction du parti au pouvoir en Afrique du Sud, l'ANC, est réunie en conseil pour statuer sur le sort du chef de l'État Jacob Zuma, empêtré dans des scandales de corruption. Ce dernier s'accroche au pouvoir, quitte à fragiliser la formation.

Partira, partira pas ? Le parti au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), doit "finaliser", lundi 12 février, la question du départ anticipé du président Jacob Zuma, empêtré dans des scandales de corruption.

Le chef de l’État et le dirigeant de l’ANC, Cyril Ramaphosa, ont engagé la semaine dernière des tractations directes pour tenter de sortir de la crise mais, à ce jour, elles semblaient n'avoir accouché d'aucun progrès.

Les 107 membres de la plus haute instance de décision de l'ANC, le Conseil national exécutif (NEC), étaient réunis lundi à huis clos dans un hôtel de Pretoria pour, officiellement, faire le point sur les discussions. Cette instance a le pouvoir de "rappeler" le président, comme elle l'avait fait en 2008 pour Thabo Mbeki. Mais l'actuel chef de l'État peut refuser d'obtempérer. Dans ce cas, l'ANC pourrait déposer devant le Parlement une motion de défiance qui le contraindrait à partir.

"Fake news"

"Nous savons que vous voulez tourner la page", a lui-même concédé dimanche Cyril Ramaphosa lors d'un discours prononcé à l'occasion des 100 ans de la naissance de Nelson Mandela, le père de la "nation arc-en-ciel". "C'est le souhait de notre peuple de finaliser tout ça et c'est précisément ce que le NEC va faire", a promis celui qui succéderait à Jacob Zuma en cas de démission.

>> À lire : "Afrique du Sud : l'ANC face à l'entêtement de Jacob Zuma"

Des rumeurs faisant état d’un départ imminent du président se sont accentuées ces derniers jours. Des bruits que le porte-parole de la présidence, Bongani Ngqulunga, a qualifiés de "fake news" ("fausses informations").

De son côté, l'opposition, qui demande depuis des années le départ de Jacob Zuma, est allé plus loin : elle a exigé lundi la dissolution du Parlement et la tenue d'élections anticipées. "Il est important que le Parlement soit dissout et que nous repartions de zéro", a déclaré lundi lors d'une conférence de l'opposition Kenneth Meshoe, chef du Parti démocratique chrétien africain (ACDP). Et d’ajouter : "Parce que s'il est remplacé par son vice-président Cyril Ramaphosa, le même groupe de personnes qui défendent et protègent la corruption seront au pouvoir".

L'opposition a aussi réclamé que soit avancée une motion de défiance, inscrite à l'ordre du jour du Parlement pour le 22 février.

"Ceux qui sont corrompus seront jugés"

Cyril Ramaphosa se heurte à deux obstacles de taille pour obtenir le départ anticipé du président, dont le second mandat expire en 2019 : l'obstination du chef de l'État, qui s'accroche au pouvoir, et les divisions de l'ANC. Le 4 février, Jacob Zuma a exclu de démissionner, malgré l'appel pressant de la direction de son parti.

>> À voir dans la Revue de presse : "Le buffle Ramaphosa face à l'éléphant Zuma"

Dans les négociations en cours, il tenterait d'obtenir l'immunité pour les nombreuses affaires de corruption dans lesquelles il est impliqué, ainsi qu'à obtenir la prise en charge de ses frais de justice, ont rapporté les médias locaux.

Dimanche, le chef de l’ANC a exclu tout passe-droit pour le président, rappelant que "ceux qui sont corrompus et ont volé l'argent des pauvres seront jugés".

Avec AFP

 

Première publication : 12/02/2018

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : le sort du président Zuma connu "dans les prochains jours"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : Ramaphosa succède à Zuma à la tête de l'ANC

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du sud : l'élection du président de l'ANC reportée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)