Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai inhumé dans son village natal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrin: une guerre sans images

En savoir plus

LE DÉBAT

Offensive sur Afrin en Syrie : Damas, Ankara, un nouveau rapport de force ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gabriel Attal : "Les propos de Laurent Wauquiez sont indignes et pas au niveau du chef d'un grand parti d'opposition"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Guillaume Larrivé : "On voit que la meute est en marche aux ordres de l'Élysée"

En savoir plus

FOCUS

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Carré écrivaine se dévoile dans "Les Rêveurs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

Amériques

L'État de New York assigne en justice le studio Weinstein

© Yann COATSALIOU / AFP | Harvey Weinstein, le 23 mai 2017

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/02/2018

Le procureur de l'État de New York assigne en justice The Weinstein Company pour ne pas avoir protégé ses employés vis-à-vis de leurs patrons. Cette assignation a pour effet de bloquer un projet de reprise du studio, qui serait imminente.

Le procureur de l'Etat de New York assigne en justice le studio fondé par Harvey Weinstein et son frère Robert, pour ne pas avoir protégé ses employés face au harcèlement sexuel et aux intimidations du tout puissant-producteur de cinéma.

Cette assignation, quatre mois après le début de l'affaire Weinstein, pourrait avoir pour effet immédiat de bloquer un projet de reprise du studio, The Weinstein Company, que le procureur décrit comme "imminent" mais qui ne prévoit pas selon lui d'indemnisation suffisante des victimes.

Le procureur, Eric Scheiderman, a ainsi souligné dimanche avoir des "éléments substantiels" pour penser que le projet ne prévoyait pas une indemnisation "adéquate" des victimes et que certains responsables ayant "une responsabilité partagée" dans le comportement de Harvey Weinstein pourraient à nouveau "avoir des postes de responsabilité dans la nouvelle entité".

Le groupe d'investisseurs à l'origine de ce projet de rachat, d'un montant de 500 millions de dollars, est emmené par une ancienne responsable de l'administration Obama, Maria Contreras-Sweet.

TWC accusé de violation des droits de l'Homme

Selon cette assignation qui vise The Weinstein Company (TWC), ainsi que Harvey et Robert Weinstein, tous trois sont accusés de violations des droits de l'Homme, des droits individuels, et du droit du travail.  

"The Weinstein Company a violé à plusieurs reprises le droit new-yorkais en ne protégeant pas ses employés d'un harcèlement sexuel invasif, des intimidations et de la discrimination", affirme Eric Schneiderman.

Cette action devant la cour suprême de New York marque l'aboutissement de quatre mois d'enquête, au cours de laquelle des employés, des cadres et des victimes de Harvey Weinstein ont été interrogés, et les archives et mails de la société passés au peigne fin, a encore précisé le bureau du procureur.

L'enquête a notamment montré qu'un groupe d'employées de TWC avait "pour tâche principale" d'accompagner Harvey Weinstein à des évènements et de faciliter ses conquêtes".

Première publication : 12/02/2018

COMMENTAIRE(S)