Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigéria : de l’inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

Données personnelles: Netflix nie qu'il espionne ses utilisateurs

© AFP/Archives | Logo du géant du streaming vidéo Netflix

WASHINGTON (AFP) - 

Netflix a nié mardi avoir contacté un de ses utilisateurs déprimé qui aurait regardé 188 épisodes de sa série télévisée préférée en une semaine, une intox largement relayée qui jouait sur la peur que le service de streaming n'enfreigne la vie privée de ses clients.

La fausse nouvelle a été publiée sur PizzaBottle, un site de divertissement peu référencé, au début du mois. L'auteur de l'article relayait un message publié sur le forum Reddit par une personne expliquant avoir été contactée par Netflix en raison de sa consommation intensive de séries télévisées.

L'internaute expliquait être un peu déprimé et prétendait avoir regardé les 188 épisodes de la série américaine "The Office" en une semaine. Soit près de 10 heures de Netflix par jour.

Selon l'article, la plate-forme de vidéos à la demande serait alors entrée en contact avec lui pour vérifier que tout allait bien dans sa vie.

L'histoire, qui a été relayée dans de nombreux médias, et surtout dans la presse française, est cependant fausse.

"Netflix ne contacte pas ses utilisateurs de manière proactive pour vérifier qu'ils se portent bien en se basant sur leurs habitudes de consommation", a expliqué l'entreprise à l'AFP, confirmant ainsi le démenti de sa branche française.

"Nous envoyons occasionnellement des emails à nos membres pour leur partager nos recommandations d'oeuvres qu'ils pourraient apprécier", a précisé la multinationale.

Le canular avait de quoi séduire, compte-tenu des dernières polémiques dans lesquelles s'est récemment retrouvé le géant du streaming, accusé d'être trop invasif dans la vie privée de ses consommateurs.

Avant Noël, le site avait en effet publié un tweet au ton narquois: "Aux 53 personnes qui ont regardé +A Christmas Prince+" tous les jours pendant les 18 derniers jours: qui vous a fait du mal?"

Sur une infographie résumant son année 2017, Netflix avait également glissé dans ses "binge facts" (les informations sur la consommation boulimique) le fait suivant: un utilisateur avait regardé un "Pirate des Caraïbes" tous les jours de l'année.

De nombreux internautes s'étaient alors interrogés sur l'utilisation qui était faite de leurs données personnelles et demandaient à ce que ces dernières soient mieux protégées.

© 2018 AFP