Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée, une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

Haïti: incendie du marché historique de Port-au-Prince

© AFP | Des haïtiens regardent les ravages d'un incendie qui a détruit le marché en fer à Port-au-Prince, le 13 février 2018

PORT-AU-PRINCE (AFP) - 

Le plus célèbre marché de la capitale haïtienne a été ravagé par un incendie dans la nuit de lundi à mardi, détruisant les denrées de dizaines de marchandes de Port-au-Prince plongées aujourd'hui dans l'incertitude à cause de l'absence de système d'assurance.

Pompiers professionnels et simples citoyens travaillaient encore, à la mi-journée mardi, à l'extinction de l'incendie qui a totalement consumé l'une des deux halles du Marché en Fer.

Regroupées sur la cour du marché, les commerçantes qui ont tout perdu s'inquiétaient pour leur avenir.

"Je venais de refaire mon stock, 10 marmites de djondjon (variété de champignons haïtiens) mais tout a brûlé", raconte Jacqueline Innocent qui estime sa perte à une valeur d'environ 100 dollars américains.

Les quantités et montants évoqués dans les conversations autour du marché incendié pouvaient paraître négligeables mais pour ces femmes qui travaillent sans aucune assurance et qui, pour la grande majorité, n'ont pas de compte bancaire sur lequel placer de l'épargne, l'incendie signe la perte de leur maigre fortune.

"Sans aide pour relancer mon commerce, je vais mourir sur mes deux pieds parce que je n'avais rien d'autre et, à mon âge, je ne peux pas faire un autre travail", a assuré Mme Innocent, qui, à 75 ans, a passé toute sa vie à travailler au Marché en Fer.

Devant les camions d'eau envoyés par des compagnies privées pour éteindre l'incendie, Marie-Yousselande Rémy ne parvenait pas à sécher ses larmes.

"Le petit bénéfice que je faisais ici au marché me permettait de payer l'université de mon fils aîné en République dominicaine. Aujourd'hui que vais-je lui dire? D'arrêter ses études et de rentrer ici pour finir sans travail comme moi?" s'interrogeait cette quinquagénaire.

Selon les riverains, l'incendie a débuté vers 02H00 du matin, depuis un tas d'ordures accumulé sur un terrain vague jouxtant l'édifice historique.

Construit à la fin du 19e siècle, le Marché en Fer avait été une première fois ravagé par un incendie en 2008. Détruit par le séisme en 2010, sa reconstruction avait été financée par la compagnie de télécommunications Digicel, sous la supervision de l'Institut de sauvegarde du patrimoine national (ISPAN), organisme haïtien de protection des bâtiments historiques.

L'investissement de 18 millions de dollars avait permis la reconstruction à l'identique du monument historique en moins d'un an.

© 2018 AFP