Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue, le PDG entendu sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat...les sujets qui fâchent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

FOCUS

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

Moyen-Orient

La police israélienne recommande l'inculpation de Netanyahou pour corruption

© Archives AFP | Le Premier ministre Benjamin Netanyahou est soupçonné de corruption dans deux affaires différentes.

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/02/2018

La police israélienne a indiqué mardi 13 février avoir recommandé à la justice d'inculper Benjamin Netanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance. À la télévision, le Premier ministre israélien a clamé son innocence.

L'étau se resserre doucement autour de Benjamin Netanyahou. La police israélienne a indiqué mardi 13 février avoir recommandé d'inculper le Premier ministre pour corruption, fraude et abus de confiance.

>> À voir aussi : "Soupçons de corruption en Israël : dans la rue, la colère gronde"

"La police a conclu qu'il existait suffisamment de preuves contre le Premier ministre pour l'inculper pour avoir accepté des pots-de vin, pour fraude et abus de confiance", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

La première affaire impliquant le Premier ministre a trait à des cadeaux offerts par des hommes d'affaires au chef du gouvernement.

La deuxième est liée à des conversations que Netanyahou aurait eues avec un patron de presse israélien, Noni Mozes – qui est l'un de ses ennemis jurés et qui possède le quotidien Yedioth Ahronoth –, sur l'idée de limiter la concurrence dans le secteur des médias en échange d'une couverture plus favorable de l'action du Premier ministre.

"La recommandation n'a aucune valeur juridique"

Avant même le communiqué de la police, le Premier ministre israélien était apparu à la télévision pour clamer son innocence.

"Ces recommandations n'ont aucune valeur juridique dans un pays démocratique", a déclaré Benjamin Netanyahou en réfutant toutes les accusations de la police.

Au cours de l'enquête, il n'avait cessé de répéter la même formule : "Il ne se passera rien parce qu'il ne s'est rien passé".

La décision de mettre officiellement en examen Benjamin Netanyahou, 68 ans, dépend maintenant du procureur général Avishaï Mandelblit, qui pourrait mettre plusieurs semaines ou mois avant de trancher.

Toutefois, la ministre israélienne de la Justice Ayelet Shaked a déjà affirmé qu'un Premier ministre inculpé officiellement n'était pas obligé de démissionner.

Avec AFP

Première publication : 13/02/2018

  • ISRAËL

    L'ONU exhorte Israël de renoncer à son plan de renvoi forcé de migrants africains

    En savoir plus

  • FRANCE-ISRAËL

    Macron condamne "toutes les formes d’attaques" contre Israël

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Royaume-Uni : une ministre démissionne après avoir rencontré en secret des dirigeants israéliens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)