Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Discours de Ramaphosa: le président sud-africain promet un "fantastique départ"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Abus sexuels : des ONG dans la tempête

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Afrique du Sud : Ramaphosa présente son plan d'action pour l'après-Zuma

En savoir plus

SoLocal, ex-Pages jaunes, va supprimer 1.000 postes sur près de 4.500

© AFP/Archives | Le groupe, outre les Pages Jaunes, exploite aussi le site Mappy

PARIS (AFP) - 

Le groupe SoLocal, héritier des annuaires téléphoniques PagesJaunes, a annoncé mardi la suppression de 1.000 postes, sur près de 4.500, pendant la période 2018-2019, dont 800 dès cette année.

Ces suppressions de postes s'effectueront dans un premier temps via des départs volontaires puis, si nécessaire, par des départs contraints, a déclaré Eric Boustouller, directeur général de SoLocal, lors d'une rencontre avec des journalistes à Paris.

"On prévoit de revenir à une croissance du chiffre d'affaires à partir de 2019", a-t-il ajouté, expliquant que celui-ci était en baisse depuis 8-10 ans.

Le groupe, qui outre les PagesJaunes exploite aussi le site Mappy, prévoit par ailleurs, dans le cadre de son plan de transformation, la création d'une centaine de postes sur "de nouvelles compétences" dans le numérique.

Dans un communiqué, le groupe chiffre la "charge globale" pour son plan de transformation à environ 180 millions d'euros, une somme qui devrait être "tout ou partie provisionnée dès 2018".

L'entreprise indique avoir commencé dès mardi matin le processus d'information-consultation avec les instances représentatives du personnel, "qui devrait être finalisé au plus tard à la fin du mois de juin 2018".

Il s'agit d'une "réorganisation extrêmement violente", a réagi Belhassen Essaadi, de la CFDT. "On s'attendait à une réorganisation, mais pas de cette taille. Tous les services sont touchés", a -t-il ajouté. Une moitié des suppressions de postes viserait les commerciaux, responsables commerciaux et directeurs des ventes.

Sur les 19 agences implantées actuellement en province, en resteraient quatre. Des services seront regroupés au siège de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), selon les syndicats.

L'intersyndicale (CFDT, CFE-CGC, Autonome, FO et CGT) devait s'exprimer plus tard dans la journée, après avoir analysé le projet.

© 2018 AFP