Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pete Souza, ancien photographe à la Maison Blanche : "Obama a beaucoup d'humour"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Arnaud Danjean : "Les Européens doivent assumer leur sécurité de façon plus autonome"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Défense et sécurité : le couple franco-allemand seul au front ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

FRANCE

Jawad Bendaoud, le "logeur" des jihadistes du 13-Novembre, est relaxé

© Benoit Peyrucq, AFP | Jawad Bendaoud dans le box des accusés au Palais de justice de Paris, le 24 janvier 2018.

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/02/2018

Jawad Bendaoud, accusé d’avoir logé des membres du commando jihadiste des attentats du 13 novembre 2015, a été relaxé mercredi. Le tribunal a estimé que rien ne prouvait qu’il savait qu’il hébergeait des terroristes.

Jawad Bendaoud, surnommé le "logeur" des attentats du 13 novembre 2015, a été relaxé mercredi 14 février. "Il n’est pas prouvé que Jawad Bendaoud a fourni un hébergement à des terroristes", a estimé Isabelle Prévost-Desprez, la présidente de la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Selon une source judiciaire, il devrait sortir de prison dès mercredi soir.

Le ministère public avait requis quatre ans de prison contre ce délinquant multirécidiviste jugé pour recel de terroristes. Il a annoncé avoir fait appel de la décision du tribunal.

Jawas Bendaoud, jugé depuis le 24 janvier pour "recel de malfaiteurs terroristes", a levé les bras, tapé sur l'épaule de gendarmes et embrassé son avocat à l'annonce du jugement. Mohamed Soumah, son co-prévenu, a été condamné à cinq ans avec maintien en détention.

Le tribunal a également été sévère envers Youssef Aït-Boulahcen, le troisième homme qui comparaissait libre. Le représentant du ministère public l’a considéré comme ayant "le profil le plus inquiétant" des trois prévenus. Cet ambulancier de 25 ans et cousin d'Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé des attentats du 13 novembre 2015, a été condamné à quatre ans de prison, dont un avec sursis, sans mandat de dépôt, pour non-dénonciation d'acte terroriste.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 14/02/2018

  • FRANCE

    Procès de Jawad Bendaouad : le combat des voisins du squat de Saint Denis

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le logeur de Daech, un "bouffon médiatique" devant la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)