Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Jawad Bendaoud, relaxé par le tribunal, sortira "ce soir" de prison

© BFMTV/AFP/Archives | Le "logeur" de jihadistes du 13 novembre, Jawad Bendaoud le 18 novembre 2015 à Saint-Denis, dans une capture vidéo de BFMTV

PARIS (AFP) - 

Jawad Bendaoud, logeur de deux jihadistes des attentats du 13-Novembre, relaxé mercredi par le tribunal correctionnel de Paris, sortira "ce soir" de prison, a annoncé à des journalistes une source judiciaire.

Jawad Bendaoud, qui était jugé depuis le 24 janvier pour "recel de malfaiteurs terroristes", était incarcéré à la maison d'arrêt de Fresnes, dans le Val-de-Marne. Il comparaissait pour avoir logé deux des auteurs des attentats jihadistes du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts.

Le parquet a indiqué qu'il faisait appel de la relaxe de Jawad Bendaoud. L'appel n'étant pas suspensif, il ne remet pas en cause la sortie de prison.

Cet homme de 31 ans, détenu à l'isolement depuis 27 mois, devrait repasser à la prison pour récupérer ses affaires personnelles, a-t-on appris de source pénitentiaire. Si le détenu le demande, un véhicule peut être mis à sa disposition pour qu'il quitte son lieu de détention dans la sérénité, a précisé cette source, expliquant que cela avait été le cas pour Patrick Henry, détenu 40 ans pour le meurtre d'un enfant et libéré en septembre 2017 pour raisons médicales.

Après l'annonce du jugement, Jawad Bendaoud a fait plusieurs gestes de victoire, souriant. Il a tapé amicalement l'épaule de gendarmes dans le box avant d'embrasser la tête de son avocat Xavier Nogueras, qui était très ému.

© 2018 AFP