Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

le Venezuela a lancé le "Petro", sa crypto-monnaie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai inhumé dans son village natal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrin: une guerre sans images

En savoir plus

LE DÉBAT

Offensive sur Afrin en Syrie : Damas, Ankara, un nouveau rapport de force ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gabriel Attal : "Les propos de Laurent Wauquiez sont indignes et pas au niveau du chef d'un grand parti d'opposition"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Guillaume Larrivé : "On voit que la meute est en marche aux ordres de l'Élysée"

En savoir plus

FOCUS

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Carré écrivaine se dévoile dans "Les Rêveurs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

En savoir plus

JO-2018: Fourcade, une course pour l'histoire

© AFP | Le biathlète français Martin Fourcade lors de la poursuite, aux JO de Pyeongchang, le 12 février 2018

PYEONGCHANG (CORÉE DU SUD) (AFP) - 

Le graal à portée du fusil: Martin Fourcade a l'occasion jeudi (12h00) de devenir le sportif français le plus titré des Jeux olympiques d'hiver et de dépasser Jean-Claude Killy s'il parvient à conserver son titre sur l'Individuel, à Pyeongchang.

Le défi immense que le Français s'était lancé avant ces Jeux prend corps. Et lui tend même désormais les bras. Lui qui s'était lancé à l'assaut du record de Jean-Claude Killy et de son triplé légendaire aux Jeux de Grenoble en 1968 (descente, slalom, slalom géant) se trouve désormais en position de le dépasser.

Après son douloureux échec de dimanche sur le sprint, Fourcade, vexé, a en effet pris une revanche éclatante lundi en décrochant la médaille d'or de la poursuite. Avec ses trois médailles d'or, il a donc rejoint Killy alors qu'il lui reste encore quatre courses en Corée du Sud (Individuel, mass start, relais mixte et relais). Quatre occasions, quatre opportunités pour entrer dans l'Histoire.

"Rejoindre Jean-Claude Killy, et un autre immense champion que j'admire, Tony Estanguet c'est une joie immense, je suis extrêmement fier et les Jeux ne sont pas finis", avait-il lancé juste après avoir remporté sa 3e médaille d'or.

Et la course de jeudi, un 20 km en individuel, qu'il affectionne tout particulièrement et qu'il a remporté il y a quatre ans à Sotchi, est une bonne occasion, même s'il dit préférer le relais: "La médaille en relais, c'est maintenant mon objectif prioritaire de ces JO, devant l'individuel et la mass start", a-t-il ainsi affirmé.

- 'Beaucoup plus facile' -

Jean-Claude Killy, beau joueur, ne prendrait en tout cas pas ombrage d'être dépassé par Fourcade: les deux hommes se connaissent et s'apprécient.

Le rejoindre au palmarès lundi était "quelque chose de géant", avait souligné le Pyrénéen. "Je souhaite le remercier, il m'a envoyé un message dimanche pour me réconforter" après sa mauvaise course en sprint. "Toutes ces marques de soutien que j'ai reçues ça m'a donné beaucoup d'énergie", a insisté Fourcade.

Son entrée ratée dans ces JO l'a peut-être paradoxalement mis sur les rails. Sa vexation lui a servi de moteur. Son soulagement pourrait prendre la suite comme il l'a expliqué, assurant que son titre obtenu lundi allait rendre la suite "beaucoup plus facile".

Le piège à éviter pour Fourcade c'est désormais de "retomber dans un excès de relâchement" comme il l'a également anticipé.

Mais au vu de sa démonstration lundi, il apparaît comme le grand favori. Un statut qui l'a peut-être gêné au début des JO, mais plus maintenant...

© 2018 AFP