Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

JO-2018: Shaun White s'excuse après avoir qualifié de "ragots" des allégations de harcèlement sexuel

© AFP | L"Américain Shaun White, sacré champion olympique de halfpipe, le 14 février 2018 à Pyeongchang

PYEONGCHANG (CORÉE DU SUD) (AFP) - 

Le roi américain du snowboard Shaun White s'est excusé mercredi d'avoir qualifié de "ragots" des allégations de harcèlement sexuel le visant, après son sacre olympique sur le half-pipe de Pyeongchang.

"Cela a été un piètre choix de mots pour décrire un sujet aussi sensible dans le monde aujourd'hui", a reconnu l'Américain de 31 ans, lorsqu'il est revenu pour la chaîne NBC sur la polémique ayant surgi après son troisième titre olympique glané mercredi.

En conférence de presse après sa victoire, White avait rejeté toute question concernant une plainte pour harcèlement sexuel déposée selon les médias américains par Lena Zawaideh, l'ancienne batteuse du groupe de rock de Shaun White Bad Things, en août 2016.

"Honnêtement, je suis là pour parler des Jeux olympiques, pas de ragots", avait rétorqué le champion olympique, suscitant la polémique, celle-ci étant renforcée par le fait que le snowboarder n'a répondu durant cette conférence de presse qu'aux questions de journalistes hommes, ignorant notamment les tentatives de Christine Brennan, journaliste à USA Today qui s'était étonnée dans son média du passage sous silence de ce dossier.

"Je suis simplement vraiment désolé. J'ai été tellement submergé par le fait de simplement vouloir parler de ma journée exceptionnelle et de partager mon expérience", a expliqué celui qu'on surnomme la "tomate volante", sur NBC.

White a ensuite assuré qu'il était une "personne changée". "J'ai grandi en tant que personne au fil des années (...) Je suis fier de ce que je suis aujourd'hui", a-t-il poursuivi.

Selon les médias américains, la plainte de Zawaideh visait le champion pour du harcèlement sexuel répété et un style de management "autoritaire" au sein du groupe Bad Things. Zawaideh aurait été bombardée de vidéos "sexuellement dérangeantes", remarques vulgaires et messages explicites.

Selon la presse, White et son ancienne batteuse auraient conclu un accord financier hors des tribunaux pour mettre fin à l'affaire.

© 2018 AFP