Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Tournée africaine de Xi Jinping : la Chine toujours plus présente sur le sol africain

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au cœur de la tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste du Nicaragua"

En savoir plus

LE DÉBAT

Turquie : quelles libertés après l'état d'urgence ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, critique l’intervention turque à Afrin

© Haidar Hamdani, AFP | Les forces spéciales irakiennes mènent une operation contre des jihadistes dans la region de Wadi Shabjah, à 180 km de la ville de Najaf.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/02/2018

Le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson met en garde contre un surinvestissement militaire turque contre les Kurdes d’Afrin, au détriment du combat contre le groupe Etat islamique dans l’est de la Syrie.

Le chef de la diplomatie américaine appelle à ne pas baisser la garde devant la menace jihadiste : si "environ 98 % du territoire jadis contrôlé par l'EI en Irak et en Syrie a été libéré", le groupe "demeure une menace sérieuse". Rex Tillerson s’est exprimé mardi 13 février lors d’une réunion de la coalition antijihadiste, en marge de la conférence internationale pour la reconstruction de l’Irak, qui se tient à Koweït. Selon lui, les nouvelles tensions en Syrie, en particulier avec l'opération turque contre l'enclave kurde d'Afrin, dans le nord-ouest du pays, affaiblissent la lutte antijihadiste.

Nuancer les propos du Premier ministre irakien

Lancée le 20 janvier, l’offensive turque contre Afrin "a détourné [la coalition internationale du] combat contre l'EI dans l'est de la Syrie", a déploré M. Tillerson. Or, la force kurde visée par la Turquie a été la principale alliée de la coalition internationale antijihadiste en Syrie.

S’exprimant devant les représentants des 75 pays et institutions internationales membres de la coalition, dont le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, Rex Tillerson s’est montré néanmoins globalement optimiste : "Lorsque nous avons lancé notre opération [en 2014], l'EI prospérait. [Aujourd'hui, l'organisation extrémiste] est en train de perdre".

Son discours vient ainsi nuancer les propos du Premier ministre irakien Haider al-Abadi, qui avait annoncé il y a deux mois "la fin" de la guerre contre les jihadistes de l'EI, qui s'étaient emparés d'un tiers de l'Irak à partir de 2014, menaçant l'existence même de l'État.

Rex Tillerson se rendra jeudi et vendredi à Ankara pour des entretiens avec les autorités turques qui s'annoncent tendus, notamment au sujet de l’enclave kurde d’Afrin.

Première publication : 14/02/2018

  • SYRIE

    Offensive turque sur Afrin : les États-Unis temporisent, la Russie brouille les pistes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le crash d'un F-16 israélien en Syrie attise les tensions dans la région

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : onze militaires turcs tués dans les opérations contre les Kurdes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)