Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai inhumé dans son village natal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrin: une guerre sans images

En savoir plus

LE DÉBAT

Offensive sur Afrin en Syrie : Damas, Ankara, un nouveau rapport de force ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gabriel Attal : "Les propos de Laurent Wauquiez sont indignes et pas au niveau du chef d'un grand parti d'opposition"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Guillaume Larrivé : "On voit que la meute est en marche aux ordres de l'Élysée"

En savoir plus

FOCUS

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Carré écrivaine se dévoile dans "Les Rêveurs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

Mali: au moins 10 jihadistes tués par Barkhane près de la frontière algérienne

© AFP | Des soldat de l'opération Barkhane dans le village malien de In-Tillit, le 1er novembre 2017, au moment du lancement de la force du G5 Sahel

BAMAKO (AFP) - 

Au moins 10 jihadistes présumés ont été tués lors d'une opération aérienne de la force française Barkhane mercredi dans le nord-est du Mali, à proximité de la frontière algérienne, a-t-on appris de sources militaires concordantes.

"Les forces françaises ont mené mercredi au moins un raid près de Tinzaouatène, à la frontière algérienne, contre les terroristes. Il y a eu au moins dix morts", a affirmé à l'AFP une source militaire malienne en poste dans le nord-est du pays.

L'état-major français a partiellement confirmé ces informations, évoquant un bilan d'"une vingtaine de terroristes tués ou capturés".

"L'opération a été menée par les forces françaises au Sahel", à la fois des forces spéciales et des troupes de Barkhane, a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'état-major français des armées, le colonel Patrik Steiger.

Cette opération, menée mercredi matin, "visait trois objectifs de groupes armés terroristes, entre Boughassa et Tinzaouatène, qui ont fait l'objet de frappes aériennes simultanées suivies d'assauts héliportés appuyés par des hélicoptères Tigre, puis d'engagements au sol", a-t-il précisé.

"Selon un bilan provisoire, une vingtaine de terroristes ont été tués ou capturés", a-t-il affirmé, en soulignant que "trois véhicules" avaient été détruits et des armements ainsi qu'un "grand nombre de documents" récupérés.

Aucune perte humaine n'est à déplorer côté français, d'après le colonel Steiger, selon qui "l'identité des groupes armés visés reste à préciser".

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

© 2018 AFP