Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Royaume" : Yumi et Moonboy, un tandem poétique, électro-pop

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fête de la musique : une fête qui résonne au-delà des frontières

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Nord-Sud : la place des femmes en question

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Josef Borrell : "Avec l'Aquarius, la réponse a été espagnole et non européenne"

En savoir plus

EUROPE

Paris et Berlin veulent relancer le projet de défense européenne au sein de l'Otan

© Andreas Gebert, DPA, AFP | La ministre allemande de la Défense, Ursula Von der Leyen.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2018

La ministre allemande de la Défense, Ursula Von der Leyen, a insisté samedi auprès de France 24 sur la nécessité de renforcer la politique européenne de défense. Avec pour objectif d'être moins dépendants des États-Unis.

Paris et Berlin ont vanté, vendredi 16 février lors d'une conférence annuelle sur la sécurité à Munich, la relance du projet de défense européenne dont ils sont les moteurs : un message destiné aux États-Unis, inquiets d'une perte d'influence en Europe.

"Ce que voit Washington, pour l'instant, c'est 27 forces armées différentes. Nous devons harmoniser les troupes des États de l'UE et les rendre plus opérationnelles. Renforcer ce pilier européen au sein de l'Otan est l'un de nos buts", a déclaré samedi la ministre allemande de la Défense, Ursula Von der Leyen, lors d’un entretien exclusif accordé à France 24.

"Lorsque nous serons menacés dans notre voisinage immédiat, au Sud notamment, nous devrons être capables de faire face, y compris lorsque les États-Unis ou l'Alliance [l'Otan] souhaiteront être moins impliqués", avait abondé vendredi la ministre française des Armées, Florence Parly. "Pour cela, il faudra que nous ayons notre autonomie stratégique [...] sans obliger les États-Unis à venir à notre chevet", a-t-elle plaidé, au lendemain d'une réunion de l'Otan marquée par la défiance américaine à l'égard des ambitions sécuritaires européennes.

"Porter davantage de responsabilités"

"Si vous regardez bien, l'Otan est composée de 29 états membres, dont 22 sont européens. Les Américains ont raison lorsqu'ils demandent à l'Europe de porter davantage de responsabilités", a insisté Ursula Von der Leyen auprès de France 24.

L'UE a lancé en décembre 2017 une coopération structurée permanente dans les domaines de la sécurité et de la défense (CSP, ou Pesco en anglais). L'accord, signé par 25 membres de l'UE, doit leur permettre de développer conjointement des capacités de défense et d'investir dans des projets communs.

Le président Emmanuel Macron, qui s'est engagé à porter à 2 % du PIB l'effort de défense français d'ici 2025, propose en outre de créer une force commune d'intervention européenne, capable d'agir hors des structures existantes de l'Otan ou de l'UE. Cette Initiative européenne d'intervention (IEI) serait "un moyen pour les Européens de prendre davantage leur part du fardeau", a plaidé Florence Parly, en qualifiant de "faux débat" le fait d'"opposer l'UE à l'Otan".

Avec AFP

Première publication : 18/02/2018

  • SYRIE

    Offensive turque en Syrie : l'Otan demande à la Turquie de la mesure

    En savoir plus

  • ONU

    Statut de Jérusalem : l'ONU condamne à une large majorité des votants la décision américaine

    En savoir plus

  • EUROPE

    Les dirigeants de l’UE se réunissent avec confiance face à Theresa May fragilisée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)