Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

JO-2018: le curleur russe Alexander Krushelnitsky contrôlé positif

© AFP/Archives | Le Russe Alexander Krushelnitsky et sa femme Anastasia Bryzgalova face au double mixte américain américain, à Pyeongchang, le 8 février 2018

PYEONGCHANG (CORÉE DU SUD) (AFP) - 

Le curleur russe Alexander Krushelnitsky a officiellement été contrôlé positif durant les JO-2018 de Pyeongchang, a annoncé lundi le Tribunal arbitral du sport, saisi de l'affaire.

Cela sous-entend que l'analyse de l'échantillon B a confirmé que le sportif - évoluant sous l'étiquette des Athlètes olympiques de Russie en raison de la suspension de son pays pour dopage institutionnalisé - a enfreint le règlement antidopage. Avec sa femme Anastasia Bryzgalova, Alexander Krushelnitsky avait remporté la médaille de bronze du tournoi de curling mixte des Jeux.

L'annonce de ce cas de dopage avait commencé à fuiter dimanche dans la presse russe, le CIO et le TAS attendant les résultats de la contre-expertise pour officialiser ce cas positif.

Le TAS ne précise pas le produit interdit détecté. Dimanche soir, selon une source proche du dossier, contactée par l'AFP, le contrôle de l'échantillon A prélevé sur le sportif russe a révélé la présence de "meldonium".

C'est le TAS qui est chargé de délivrer les sanctions des infractions commises durant les Jeux. L'instance, qui siège habituellement à Lausanne en Suisse, est pour cela délocalisée à Pyeongchang durant la période olympique.

Le curleur russe risque donc une suspension et la perte de la médaille gagnée avec son épouse.

Dans ce cas, le CIO devrait procéder à la réanalyse des échantillons des curleurs arrivés 4e, la Norvège, pour ensuite envisager la réattribution de la médaille de bronze.

- Coup dur -

C'est un nouveau coup dur pour les JO et la Russie, montrée du doigt depuis deux ans et les révélations du rapport McLaren sur les tricheries organisées par les autorités sportives russes dans le cadre des Jeux Olympiques de Sotchi en 2014.

La mise au jour d'un dopage institutionnalisé avait entraîné le 5 décembre dernier la suspension du Comité national olympique russe (ROC), interdisant de facto de participation aux Jeux les sportifs russes.

Le CIO avait dans le même temps décidé d'accorder des invitations à une certain nombres de sportifs russes dont le parcours et le profil, scrupuleusement étudiés par un panel de spécialistes, permettrait d'établir qu'ils sont +propres+.

Au final, 168 invitations avaient été délivrées à ces sportifs, dénommés officiellement Athlètes olympiques de Russie (OAR), qui ont défilé à la cérémonie d'ouverture sous la bannière olympique. En cas de victoire d'un de ses sportifs, c'est l'hymne olympique qui serait joué.

Avec ce processus, le CIO ouvrait la porte également à un retour prochain de la Russie dans le giron sportif, peut-être même dès avant la fin des Jeux si tout se passait bien.

Ce nouveau cas, sur un sportif présenté comme propre, rend délicat la réintégration prochaine de la Russie.

© 2018 AFP