Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée, une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

Amériques

Contrôle des armes automatiques : Donald Trump prêt à interdire les "bump stock"

© George Frey, Getty Images, AFP | Un "bump stock", mécanisme permettant aux armes semi-automatiques de tirer des centaines de balles à la minute, présenté dans un magasin d'armes à feu, le 5 octobre 2017, à Salt Lake City.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/02/2018

Confronté à une vague d'indignation après la fusillade du lycée de Floride, Donald Trump a proposé, mardi, d'interdire les "bump stocks", un mécanisme particulièrement meurtrier et utilisé notamment lors du carnage de Las Vegas.

Contraint de réagir face à la polémique sur le contrôle des armes à feu, après la fusillade sanglante dans le lycée de Parkland, en Floride, Donald Trump a annoncé, mardi 20 février, que son administration allait prendre des mesures pour interdire les "bump stocks". Ce mécanisme permet aux armes semi-automatiques de tirer des centaines de balles à la minute.

Évoquant la fusillade de Las Vegas, qui avait fait 58 morts en octobre 2017, le président américain a précisé avoir demandé au ministère de la Justice des réglementations visant à interdire "tous les mécanismes qui transforment des armes légales en fusils automatiques".

"Que l'on soit républicain ou démocrate, nous devons maintenant nous concentrer sur le renforcement des contrôles des antécédents !" pour les acheteurs d'armes, a-t-il ensuite écrit sur Twitter.

La porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a indiqué que d'autres mesures étaient à l'étude, dont la possibilité de fixer un âge plancher pour pouvoir acheter des fusils d'assaut dotés de chargeurs à grande capacité.

Ces armes, telles que le AR-15 et ses déclinaisons, ont été utilisées par le tueur du lycée de Floride et dans la plupart des grands massacres récents aux États-Unis, au premier rang desquels celui de Newtown en 2012, lors duquel 20 enfants ont été abattus dans une école primaire.

La NRA toujours hostile au renforcement des contrôles

La National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes, qui a soutenu Donald Trump pendant la dernière campagne présidentielle, souhaite réserver sa réponse jusqu'à ce que le détail de la nouvelle législation soit connu sans cacher son hostilité à tout renforcement du contrôle des armes.

"Il a été démontré maintes et maintes fois que l'interdiction des fusils semi-automatiques et des accessoires (comme les "bump stocks", NDLR) n'empêchent pas les activités criminelles et punissent les citoyens respectueux de la loi à cause des actes criminels des autres", a estimé une porte-parole de la NRA, Jennifer Baker.

>> À lire : Cinq après la tuerie de Sandy Hook, le problème des armes à feu demeure entier

Face au militantisme du lobby des armes, la sénatrice démocrate Dianne Feinstein a appelé Donald Trump à ne pas se contenter d'un décret présidentiel, qui pourrait être bloqué pendant des années par des actions en justice, mais à faire adopter une loi par le Congrès.

Un durcissement de la législation sur les armes marquerait une inflexion pour le président américain. Depuis sa campagne de 2016 et son entrée à la Maison Blanche, Donald Trump s'est présenté comme le champion du deuxième amendement de la Constitution, qui garantit aux Américains le droit de porter une arme.

Trump va rencontrer des lycéens en colère

Le massacre en date a provoqué la colère de lycéens américains, qui ont vivement pris à partie Donald Trump lors d'un rassemblement à la mémoire des victimes, le 17 février, et qui ont annoncé depuis l'organisation d'une grande "marche pour nos vies" le 24 mars à Washington.

"Nous mettons notre colère et notre tristesse à profit pour faire quelque chose d'incroyable et faire changer les choses", a déclaré l'un des lycéens, Tanzil Philip, dont le témoignage a été diffusé par CNN.

Plusieurs célébrités, dont George Clooney, Oprah Winfrey et Steven Spielberg, ont apporté leur soutien à ce mouvement lycéen en faveur d'un renforcement du contrôle des armes à feu, offrant chacune 500 000 dollars.

>> À lire : Ces jeunes Américains fer de lance du mouvement anti-armes à feu

Donald Trump doit rencontrer mercredi des lycéens, des parents d'élèves ainsi que des enseignants de Parkland et d'autres établissements du Colorado et du Connecticut, qui furent le théâtre de massacres, afin d'envisager avec eux des mesures pour renforcer la sécurité en milieu scolaire.

Un lycéen de Parkland, Alfonso Calderon, a promis, toujours sur CNN, que la rencontre de mercredi ne "serait que la première étape" de leur mobilisation, laissant entrevoir une nouvelle donne dans un débat qui semblait complètement figé.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 21/02/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump jugé pire président de l’histoire des États-Unis par des politologues américains

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Ces jeunes Américains fer de lance du mouvement anti-armes à feu

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Tuerie de Floride : des lycéens survivants manifesteront fin mars contre le culte des armes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)