Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Déception pour les équipes africaines au Mondial de football

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Polémique autour des dépenses de l'Elysée

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mondial de football : la Russie lance sa Coupe du Monde

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Boycott contre la vie chère au Maroc et patrouilles contre les transgenres en Indonésie

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Attractivité de la France : Paris profite-t-elle d'un effet Brexit ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Aux côtés des Kurdes à Afrin : la litigieuse question du retour des combattants français (2/2)

© YPG Press Office | Volontaires internationaux qui combattent au sein des YPG à Afrin, dans le nord de la Syrie.

Texte par Sarah LEDUC , Wassim NASR

Dernière modification : 15/03/2018

Plusieurs dizaines d’étrangers se battent à Afrin pour défendre la "révolution" kurde dans le nord de la Syrie. Considérés comme des mercenaires, ils pourraient être inquiétés de retour dans leur pays. Débat autour d'une question litigieuse.

>> À lire : Aux côtés des Kurdes à Afrin (1/2) : l'ultra-gauche sur le front

Depuis que la Turquie a lancé, le 20 janvier, une offensive contre Afrin, dans le nord de la Syrie, quelques dizaines d'Occidentaux ont rejoint les rangs de la défense kurde. Considérés comme des mercenaires, ces combattants pourraient être inquiétés dans leur pays à leur retour. Plusieurs cas ont été judiciarisés en Europe, dont le dernier en date concerne un ancien soldat britannique, James Matthews, qui a comparu le 14 février pour terrorisme devant un tribunal londonien pour avoir combattu l’organisation État islamique (EI) aux côtés d'une milice kurde, pourtant soutenue par le Royaume-Uni.

En France, ce cas de figure ne s'est pas encore présenté, mais certains de ces combattants affirment eux-mêmes être "fichés S". Interrogé par France Info sur son retour en France, avant qu'il ne soit tué sur le front à Afrin le 10 février, "Kendal Breizh", un Français de 40 ans, disait vouloir rentrer l’été prochain. Il n'était pas inquiet quant à une éventuelle condamnation dans l'Hexagone pour ses activités armées. "Il y a peu de conséquences pour les gens qui ont déjà eu l'occasion de retourner [en France] pour une raison très simple : il serait un peu hypocrite de la part de la France de poursuivre des gens qui combattent avec les Unités de protection du peuple (YPG) [milice kurde, NDLR], alors qu'à quelques kilomètres d'ici les forces françaises font de même."

>> Bataille d'Afrin : les forces en présence

Les forces armées américaines, mais également françaises et britanniques, sont présentes sur les territoires de la rive gauche de l’Euphrate tenus par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition militaire dominée par les YPG et les Unités de protection des femmes (YPJ). Si les YPG sont considérées comme une organisation terroriste par Ankara, elles ne le sont pas pour l’Union européenne et surtout, elles restent un allié précieux de la coalition internationale emmenée par Washington dans la lutte contre l’EI en Syrie.

© Studio graphique France 24

S'approprier le conflit

"Après avoir passé du temps dans les groupes kurdes, les volontaires étrangers ont la capacité de déployer un haut niveau de violence", redoute néanmoins le canadien Guillaume Corneau-Tremblay, dans un article aux accents alarmistes. Il estime qu’après plusieurs mois passés sur le front, ces internationaux sont susceptibles de s’identifier à la cause et de "s’approprier le conflit" qui oppose les Kurdes à la Turquie, et par extension à l’Otan. Quitte à le transposer sur d’autres théâtres.

Le chercheur évoque notamment le risque de voir des combattants, qui étaient déjà dans une contestation du "système", s’en prendre à certains "symboles occidentaux (finance, militaire, politique, etc.)". Une crainte balayée par le spécialiste des extrémismes en Europe, Jean-Yves Camus, qui juge l’analyse anachronique. "Action directe [groupe anarcho-communiste qui a multiplié les attaques terroristes en France de 1979 à 1987, NDLR] est mort en France depuis des années", souligne l'expert. Et de nuancer : "Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas quelques faits inquiétants de la part de l’ultra-gauche".

De son côté, Olivier Grojean, maître de conférence à la Sorbonne et spécialiste de la question kurde, rappelle que le "PKK [Parti des travailleurs du Kurdistan, NDLR] n’a jamais commis d’attentat sur le sol européen. Les Kurdes ne sont pas en guerre contre les Occidentaux et il n’y a pas de raison que les combattants étrangers se retournent contre leur pays d’origine". Pourtant, les volontaires grecs actifs dans les rangs des YPG ne cachent pas leur intention de mettre en œuvre les compétences acquises sur le théâtre syrien au profit de leur cause dans leur pays d’origine.

"Un suivi est nécessaire"

Tout en relativisant la menace, une source officielle proche du dossier estime pour sa part que ces combattants étrangers devraient faire l’objet d’une surveillance. Ce qui l’inquiète : le projet politique d'ultra-gauche des Kurdes dudit Rojava et la formation militaire octroyée aux étrangers.

"Le Rojava est une terre d’expérimentation d’un nouveau mode de société. Les combattants internationaux sont enfermés dans une bulle. Cette expérience les conforte dans une logique de légitimation de la violence et de contestation de l’ordre social […] C’est un processus qui ressemble beaucoup à la radicalisation islamique", à ce titre,’"un suivi est nécessaire".

Le processus d’enrôlement dans les rangs des YPG n’est pas sans laisser penser "au mode de fonctionnement des réseaux jihadistes", explique-t-elle. Les similitudes commencent dans les motivations : pour de nombreux Occidentaux, le départ a été motivé par les exactions commises par les jihadistes contre les Kurdes, Yazidis, chrétiens ou autre minorités, et par "l'abandon des forces internationales". De la même manière, certains jihadistes étrangers, dont des occidentaux, sont partis en Syrie après s'être offusqués du sort réservé à leur coreligionnaires.

Notre source file la comparaison : enrôlés via les réseaux sociaux, les volontaires pro-kurdes partent clandestinement intégrer les brigades internationales des YPG. Ces dernières prennent parfois en charge les billets d'avion. Sur place, ces volontaires ne sont pas rémunérés mais ils reçoivent un entraînement physique intense, ainsi qu’une formation militaire et idéologique. Les plus expérimentés sont ensuite invités à prendre les armes et ceux qui laissent leur vie pour la cause sont érigés en "martyrs", une terminologie loin d'être anodine. Dernièrement, ce fut le cas du premier volontaire français mort dans les rangs du groupe à Afrin face à l’armée turque.

Première publication : 23/02/2018

  • SYRIE

    Des Occidentaux avec les Kurdes à Afrin : l'ultra-gauche monte au front (1/2)

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le mystère de ces combattants russes tués par des frappes américaines en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    D’Hollywood aux monts Sinjar : un acteur britannique part en guerre contre l’EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)