Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Valls et Jacob pour que l'Etat dise son choix pour le référendum en N-Calédonie

© AFP/Archives | L'Etat doit prendre position à propos du référendum sur l'indépendance en Nouvelle-Calédonie, ont estimé les membres de la mission Valls mardi soir à Nouméa, en exprimant leur "attachement" à son lien avec la France.     

NOUMÉA (AFP) - 

L'Etat doit prendre position à propos du référendum sur l'indépendance en Nouvelle-Calédonie, ont estimé les membres de la mission Valls mardi soir à Nouméa, en exprimant leur "attachement" à son lien avec la France.

"L'Etat doit rester neutre dans l'organisation et la transparence du référendum (...). Mais nous pensons que le président de la République, le gouvernement, même si c'est à eux de décider, devront apporter leur propre éclairage dans les semaines qui viennent", a déclaré Manuels Valls, président de la mission de l'Assemblée nationale sur l'avenir institutionnel de cet archipel, où un référendum d'autodétermination aura lieu d'ici novembre.

"Je suis très attaché à ce lien entre la Nouvelle-Calédonie et la France et je souhaite que la Nouvelle-Calédonie reste avec la France", a ajouté l'ancien Premier ministre, lors d'un débat avec le public calédonien.

Sa position diffère de celle adoptée lors du quinquennat de François Hollande, durant lequel Manuel Valls a été Premier ministre. A l'époque, l'Etat avait prôné "l'équidistance" ou la "neutralité" entre partisans et opposants à l'indépendance.

"On ne peut pas imaginer en Métropole un référendum pour lequel le gouvernement dirait +Je n'ai pas d'idée+", a de son côté déclaré Christian Jacob, député LR et rapporteur de cette mission. Il a lui aussi exprimé sa préference pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la République.

Lors de ce débat dans l'enceinte du Congrès, Manuel Valls a également indiqué que "pour sa part" il n'utilisait pas le terme de "peuple calédonien", qu'avait employé le Premier ministre Edouard Philippe lors d'un déplacement dans l'île en décembre.

Le sénateur calédonien Pierre Frogier (LR) a récemment qualifié de "maladresse" l'emploi du terme "peuple calédonien" et a aussi demandé à l'Etat de dire ce qu'il "a dans la tête" pour le référendum.

Devant quelque 250 personnes, souvent inquiètes de l'approche de ce vote potentiellement porteur d'un retour des tensions ethniques entre kanak et Européens, Manuels Valls a exhorté les acteurs calédoniens à "préparer" l'après-référendum "parce que vous continuerez à vivre ensemble quel que soit le résultat".

"Il faut faire de ce vote une force et pas un mur sur lequel on va se fracasser", a-t-il mis en garde.

Manuel Valls et Christian Jacob, qui sont accompagnés de Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des Lois ainsi que des députés David Habib (NG) et Naïma Moutchou (LREM), sont en Nouvelle-Calédonie jusqu'à vendredi.

© 2018 AFP