Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

SNCF: recourir aux ordonnances est une "possibilité" selon Castaner

© AFP/Archives | Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 14 novembre 2017

PARIS (AFP) - 

Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, a indiqué jeudi que le recours aux ordonnances était une "possibilité" envisagée par le gouvernement pour réformer la SNCF, jugeant qu'"il faut aller vite" sur ce dossier.

"Bien sûr c'est une possibilité", a-t-il reconnu sur BFMTV et RMC, appelant à "ne pas avoir peur des ordonnances" alors qu'"on les a quelque part diabolisées".

"Oui il faut aller vite et il faut être efficace, les ordonnances sont une des façons" d'y parvenir, a ajouté le délégué général de LREM, tout en soulignant que "la discussion aujourd'hui n'est pas arrêtée, mais (qu')il faut aller vite".

"Je n'exclus rien. Ensuite il y a un Premier ministre qui prend les décisions", a-t-il conclu.

Interrogé sur Europe 1 pour savoir si un recours aux ordonnances, évoqué dans la presse, serait "raisonnable", le chef de file des députés LREM Richard Ferrand a répondu de son côté: "En tout cas, ce n'est pas confirmé".

Il a rappelé que le Premier ministre "va concerter, discuter, regarder quelle est l'ampleur du diagnostic que met en lumière le rapport Spinetta, et ensuite mettre en oeuvre un certain nombre de décisions".

© 2018 AFP