Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

Somalie: au moins 18 morts dans un double attentat à Mogadiscio

© AFP | Carte de la Somalie localisant la capitale Mogadiscio, cible d'un double attentat vendredi.

MOGADISCIO (AFP) - 

Deux attentats à la voiture piégée ont visé vendredi à Mogadiscio le palais présidentiel et un hôtel, faisant au moins dix-huit morts et vingt blessés.

"Nous avons jusqu'à présent récupéré les corps de 18 personnes décédés et de 20 blessés de l'un des sites de l'attentat", a déclaré à l'AFP Abdukadir Abdurahman Aden, des ambulances Aamin.

La première explosion, suivie par des tirs d'armes à feu, a frappé un poste de contrôle près de Villa Somalia, le siège du gouvernement.

"Je peux confirmer qu'une attaque s'est produite à proximité du palais présidentiel", a déclaré un officier de police somalien, Ibrahim Mohamed. "Une autre voiture chargée d'explosifs a détonné près d'un hôtel récemment ouvert".

Selon un officier de sécurité, Abdulahi Ahmed, cinq des assaillants ont été tués par les forces de l'ordre et "la situation est revenue à la normale".

Les islamistes shebab affiliés aux jihadistes d'Al-Qaïda, coutumiers de ce genre d'attaque, ont revendiqué le double attentat dans un communiqué sur internet, affirmant avoir visé des services gouvernementaux.

Les shebab tentent depuis 2007 de renverser le fragile gouvernement central somalien, soutenu par la communauté internationale et par les plus de 20.000 hommes de la force de l'Union africaine, venus d'Ouganda, du Burundi, de Djibouti, du Kenya et d'Ethiopie.

Chassés de Mogadiscio en août 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, jusque dans la capitale Mogadiscio, et contre des bases militaires, somaliennes ou étrangères.

Même s'ils ne l'ont pas revendiqué, ils ont été rendus responsables de l'attentat au camion piégé du 14 octobre dans le centre de Mogadiscio, le plus meurtrier de l'histoire de la Somalie, qui a fait au moins 512 morts.

© 2018 AFP