Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Marseille: Pelé, prêt pour le clasico ?

© AFP/Archives | Le gardien marseillais Yohann Pelé durant le match d'Europa League à Salzburg, en Autriche, le 28 septembre 2017

MARSEILLE (AFP) - 

Au football, il y avait le roi Pelé. Plus modestement à Marseille, il y a le gardien remplaçant Yohann Pelé, roi des "clean sheets" la saison dernière et dernier rempart de l'OM face à l'armada du Paris SG, dimanche au Parc.

Steve Mandanda probablement pas remis de sa blessure à une cuisse, "l'Albatros" devrait être l'un des acteurs majeurs du Clasico. Il a commis quelques bourdes ces derniers temps, mais son entraîneur a totale confiance en lui.

"Il n'a même plus à prouver ses qualités mentales", assure à l'AFP le coach des gardiens de l'OM, Stéphane Cassard. "Il suffit de regarder son nombre de clean sheets (matches sans prendre de but, ndlr) et la carrière de Yohann", poursuit l'ancien sochalien.

Pelé a verrouillé sa cage 18 fois la saison dernière, en jouant toutes les rencontres (38), soit presque un match sur deux sans prendre de but! Rien que cette saison, il a signé cinq clean sheets en huit matches, toutes compétitions confondues.

Mais une sortie ratée à Saint-Étienne, qui a coûté deux points (2-2) à l'OM, puis une relance à l'adversaire jeudi à Braga, où il ne pouvait rien sur le seul but encaissé (1-0), pourraient instiller le doute.

- Pelé 'peut tout affronter'

"Yohann a montré de quoi il était capable sur toute une saison à l'Olympique de Marseille", balaie Cassard, "il est capable d'assumer, c'est pour ça aussi que je l'ai choisi à l'époque."

L'entraîneur des gardiens, et Franck Passi, ont fait venir Pelé en 2016. Il ne veut "même pas parler de N.1 bis ou de N.2: quand on a vécu une grave maladie (embolie pulmonaire) comme il a eu, éloigné des terrains pendant trois années, et qu'on arrive à retrouver le haut niveau, ça se passe de commentaire. On peut tout affronter".

Arrêté en octobre 2010, Pelé a failli ne jamais reprendre le fil de sa carrière. Il a finalement retrouvé les terrains à Sochaux, le club formateur de Cassard, en février 2014.

A l'OM, il est une doublure parfaite, le staff technique dans son ensemble souligne son comportement et une concurrence dynamique.

"Yohann est passé derrière Steve Mandanda qui a démontré pendant neuf années qu'il était un top gardien, puis est parti à Crystal Palace. Peu de personnes croyaient en lui quand il a pris la relève", se souvient Cassard.

Pelé, que Rudi Garcia avait entraîné au Mans (2007-2008), est resté cet été pour un rôle de doublure de haut-niveau. "J'ai deux grands gardiens", dit souvent Garcia.

"Ce sont des garçons intelligents, reprend Cassard, avec beaucoup d'expérience, Yohann savait dans quelle configuration il restait à Marseille. On a tous de bonnes relations, il n'y a pas de quiproquo, le discours est clair". C'est pour ça que le N.1 bis est prêt pour le clasico.

© 2018 AFP