Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée, une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

Moyen-Orient

À la demande de la Turquie, un haut responsable kurde syrien arrêté à Prague

© Bertrand Langlois, AFP (archives) | Saleh Muslim à Marseille, le 1er décembre 2013.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2018

Important responsable kurde de Syrie, Saleh Muslim a été arrêté samedi à Prague, à la demande de la justice turque. Accusé d'être en lien avec un attentat commis à Ankara il y a deux ans, il encourt la peine capitale s'il est jugé en Turquie.

Saleh Muslim, ancien coprésident du Parti de l’union démocratique (PYD) qui administre la région kurde de facto autonome dans le nord de la Syrie, a été arrêté à Prague, samedi 24 février, à la demande de la Turquie, a annoncé une coalition de partis politiques notamment kurdes syriens.

Ce haut responsable kurde a dirigé jusqu’à l’an dernier le PYD – bras politique des Unités de protection du peuple (YPG) – qui a installé unilatéralement dans le nord de la Syrie un système politique confédéraliste démocratique, inspiré des thèses néo-marxistes du dirigeant kurde Abdullah Öcalan, emprisonné en Turquie depuis 1999.

>> À lire : Des Occidentaux avec les Kurdes à Afrin, l'ultra-gauche monte au front

Ce mouvement est considéré par Ankara comme une extension du PKK turc (Parti des travailleurs du Kurdistan), qui mène une guérilla en Turquie depuis trois décennies.

Sous mandat d'arrêt depuis 2016

Saleh Muslim faisait l’objet depuis novembre 2016 d’un mandat d’arrêt émis par la Turquie, en lien avec un attentat commis à Ankara en février 2016 (29 morts), dans lequel il a nié toute implication.

La coalition TEV-DEM a dénoncé des "politiques hostiles" de la part de la Turquie, qui a "émis des mandats d'arrêt contre des personnalités (...) de la communauté" kurde syrienne, dont Saleh Muslim.

Une réunion confidentielle soutenue par les États-Unis

Ce dernier a été arrêté alors qu’il participait à une réunion internationale confidentielle soutenue par les États-Unis, a indiqué un responsable kurde à l’AFP. Un des participants, turc, a cependant pris une photo de Saleh Muslim qui a ensuite circulé dans les médias turcs.

La police tchèque a confirmé qu'un ressortissant étranger de 67 ans était en détention après avoir été arrêté samedi en vertu d'une notice Interpol émise par la Turquie, et qu'Ankara en avait été informé.

Vers une condamnation à mort en Turquie

Selon l'agence officielle turque Anadolu, Saleh Muslim doit être déféré devant la justice tchèque et Ankara a demandé son extradition. Il encourt la condamnation à mort s'il est jugé en Turquie.

Si Saleh Muslim était extradé vers la Turquie, il s'agirait de l'une des arrestations les plus importantes d'un responsable kurde par la Turquie depuis celle en 1999 d'Abdullah Öcalan, le leader historique du PKK, classé "terroriste" par la Turquie.

Ankara mène par ailleurs une offensive depuis janvier contre les YPG à Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, ce qui a détérioré ses relations avec les États-Unis, qui ont fait des YPG leur principal allié dans la lutte contre le groupe jihadiste État islamique (EI) en Syrie.

>> À lire : Bataille d’Afrin en Syrie, les forces en présence

La Turquie voit d'un très mauvais œil l'autonomie de facto acquise par les Kurdes syriens à la faveur du conflit qui ravage la Syrie depuis 2011, craignant de voir sa propre communauté kurde développer des ambitions similaires.

Avec AFP

Première publication : 25/02/2018

  • SYRIE

    Juger les jihadistes de l'EI, une mission délicate pour les Kurdes en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des Occidentaux avec les Kurdes à Afrin : l'ultra-gauche monte au front (1/2)

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Turquie : dans la tourmente, le parti prokurde HDP remplace ses leaders emprisonnés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)