Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Asie - pacifique

Afghanistan : le président Ashraf Ghani prêt à reconnaître les Taliban comme parti politique

© Faridullah Ahmadzai, AFP | Des miliciens taliban dans le district d'Ahmad Aba, en Afghanistan, le 18 juillet 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2018

Ashraf Ghani, le président afghan, a proposé aux Taliban un cessez-le-feu, la libération de prisonniers, et de reconnaître l'organisaiton comme un parti politique pour mettre fin au conflit qui ravage le pays depuis seize ans.

Le président afghan, Ashraf Ghani, a proposé de reconnaître les Taliban comme un parti politique légitime, mercredi 28 février, dans le cadre d'un processus visant à négocier des accords de paix pour mettre fin à une guerre qui dure depuis plus de seize ans.

Ashraf Ghani, lors d'une réunion à Kaboul préparée avec le soutien d'une délégation de haut niveau de l'Otan, a proposé un cessez-le-feu et la libération de prisonniers. Il a affirmé être prêt à modifier la constitution dans le cadre d'un accord avec les Taliban.

Les Taliban afghans avaient invité, mardi, les États-Unis à "discuter directement" avec leurs représentants au Qatar, une initiative surprenante après des mois d'escalade de la violence. C'est la première fois depuis plus de deux ans que les insurgés semblent disposés à des pourparlers pour mettre fin au conflit engagé depuis 2001 avec les États-Unis. Le gouvernement afghan avait aussitôt remarqué qu'il "n'avait jamais refusé une quelconque offre de négocier".

Intensification des violences

Dans leur appel, les Taliban ne font aucune mention de la réunion de mercredi et proposent de traiter directement avec les Américains, ignorant le gouvernement afghan qu'ils ont toujours traité de "marionnette".

"Nous voulons parler directement avec les États-Unis parce qu'eux et nous sommes les vraies parties [du conflit]", a justifié un commandant taliban joint par l'AFP au Pakistan. "Alors asseyons-nous et parlons tranquillement, sans tiers, ni le Pakistan ni l'Afghanistan."

Les violences se sont intensifiées en Afghanistan depuis que le président américain, Donald Trump, a dévoilé une stratégie plus offensive, en août 2017. Les forces américaines mènent davantage de raids aériens et les Taliban ripostent par des attentats à la bombe, des embuscades et autres attaques.

Fin janvier, leurs attentats visant Kaboul avaient fait plus de 130 morts et 250 blessés, en grande majorité civils. Et sur le terrain, les combats font rage dans plusieurs provinces, dont Faryab, dans le nord-ouest.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 28/02/2018

  • TERRORISME

    L'Afghanistan frappé par une série d'attentats meurtriers

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Attentats en Afghanistan : Kaboul et Washington pris en étau entre les Taliban et l'EI

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Afghanistan : l'Académie militaire à Kaboul visée par une attaque de l'EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)